Aujourd'hui,
URGENT
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019

©Dr

CULTURE

La 11e édition de « Engagement féminin » est à sa phase finale qui est la restitution des ateliers de danse. La première soirée de restitution est intervenue le vendredi 26 juillet 2019 dans la soirée au CDC La Termitière.

Les participantes et participants à cette 11e édition ont bénéficié de formation en administration culturelle, échangé autour de tables-rondes et surtout de formation en danse contemporaine. Concernant ce dernier point, les danseuses et danseurs ont été formés pendant un mois par les chorégraphes Auguste Ouédraogo, Bienvenue Bazié et Lacina Coulibaly. Les apprenants ont travaillé sur le regard que doit avoir le danseur, le choix de la musique, la cohésion entre danse, temps et espace, l’exécution d’un mouvement en groupe à travers l’écoute musicale et l’exploration du corps. Ils ont également été formés sur les notions d’objets et d’accessoires dans la création, leur sens, leur fonction et leur utilité.

Ces deux soirées de restitutions ont mis en scène 20 danseuses de 8 pays plus 20 danseurs du programme Yeleen Don. Mais pour cette première soirée, c’est une trentaine de danseurs (femmes comme hommes) qui y ont pris part. Pendant plus d’une heure, ils ont devant un public attentionné, exécutés des enchaînements de mouvements avec de la musique pour tout rendre agréable. Et Bienvenue Bazié se dit être satisfait de la prestation de cette soirée. Il dit aussi être fier des participantes pour leur générosité et leur engagement.

François Bouda, membre du comité d’organisation,  renchérit en disant que « tous les aspects ont été pris lors de cette édition pour construire la danseuse et le danseur ». L’exception cette année réside dans le fait que les hommes aient été intégrés dans la danse. Il s’agit des élèves du programme Yeleen Don mis en œuvre par le CDC.

Amos Blandina, danseuse interprète togolaise qui est à sa première participation à « Engagement féminin » trouve que c’est une expérience exceptionnelle que d’y participer, vu qu’elle ne pratiquait pas d’habitude la danse contemporaine et traditionnelle. « J’espère grâce à cette formation trouver des projets dans mon pays pour faire avancer engagement féminin, et j’espère revenir l’année prochaine », a-t-elle laissé entendre.

Pour rappel, le projet « Engagement féminin » a été lancé en 2008 par Auguste Ouédraogo et Bienvenue Bazié, tous deux chorégraphes. Ce projet vise à corriger la faible présence féminine parmi les artistes chorégraphes sur le continent africain.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé