Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

CULTURE

Dans le cadre des activités qu'il organise annuellement, le club littéraire de L'Aurore (Clita) a organisé une cérémonie de remise des prix aux lauréats  de la 6e  édition de son concours littéraire dénommé « les 8e  merveilles ». Cette cérémonie, placée  sous le parrainage du conseiller spécial du président du Faso chargé de la culture et du tourisme Dr Patrice Kouraogo , s'est tenue le  jeudi 18 juillet 2019 à Ouagadougou.

Placé sous le thème « Concilier les lettres et  l'identité culturelle»,  ledit  concours s'est déroulé en deux phases à savoir la  phase écrite et celle  orale.  Pendant la phase écrite, 42 productions concourant pour les différents prix ont été enregistrées. Le sujet des prix principaux portait sur le résumé du roman  « L’aventure ambiguë » de l'écrivain  sénégalais Cheick Hamidou Kane. Quand au sujet du prix spécial féminin,  il portait sur la biographie de l'afro- américaine Maya Angelou. Pour ces deux catégories de prix,  les candidats devaient proposer les expressions françaises « convenables, expliquées et justifiées» à noter le jury.

Le premier duel oratoire s'est  effectué  de façon individuelle entre les finalistes  Houda  Simporé  élève au lycée Pélican  et de Samson Awouto , élève en Terminal D au lycée l'Aurore. Chaque candidat a expliqué  une expression respectivement « bavard ou voleur comme une pie » et « aller sur la haquenée des cordeliers». Le  deuxième duel oratoire  a été  effectué de façon simultanée.

Concernant  Les prix, ceux d'encouragements ont été décernés  à Noufou   Kantao qui a reçu  une somme de 10.000 FCFA et des œuvres   littéraires,  à Fadilatou Zouba qui  a reçu 25 000 FCFA, des œuvres et des gadgets. Quand à Djeneba koudougou , elle a  reçu le prix spécial féminin composé de 25 000 FCFA, des œuvres, des gadgets et des pagnes tissé « Faso Dafani ». Naongo Ulrich s'est accaparé  le 3e  prix avec une somme de 30 000 FCFA, des œuvres et des gadgets. Le 2e  prix est revenu à Houda simporé avec une moyenne totale de 12,42 \ 20. Il est reparti avec une somme de 40 000 FCFA,  un dictionnaire « le Robert » et des œuvres.  Samson  Awouto,  1er   avec une moyenne de 17, 43/20 est reparti avec une somme de 50 000 FCFA , un dictionnaire universel et des œuvres.

Pour le parrain, Patrice Kouraogo , c'est ayant compris la philosophie du concours  qui consiste dans un premier temps à rappeler aux élèves et aux étudiants la nécessité de bien apprendre la langue  française, de bien l'exercer à l'école et dans la vie pratique,  qu'il a décidé d' accompagner cette initiative : « Pour avoir entendu le lien qui existait entre cette activité littéraire et la défense de l'identité culturelle au Burkina à travers les langues nationales, nous ne  pouvions pas rester indifférents et je crois que nous ne regrettons pas par rapport à ce que nous avons vu ce  jour. De plus en plus, on remarque que la baisse du niveau des élèves et des étudiants fait qu'on massacre les règles grammaticales et c'était vraiment opportun de rappeler les bonnes manières au parler et à l’écrit en n'oubliant pas les langues nationales car ce sont ces langues qui véhiculent notre identité culturelle » a expliqué le parrain.

Selon le promoteur du concours,  Adama kaboré,  le thème choisi avait pour but  de  « montrer  que nous pouvons à la fois concilier les lettres pour défendre notre identité culturelle,  bien s'habiller en Burkinabè, et bien parlé nos langues nationales. Il faut  noter que l'accent a été mis sur les langues nationales » a-t-il  indiqué.

Notons que  le concours littéraire  « Les 8e  merveilles » a été Porté sur les fonts baptismaux en 2013.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé