Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»
Cameroun: deux ans de prison pour Mamadou Mota, le numéro deux du MRC
Etats-Unis: Donald Trump annonce la démission de son conseiller à la sécurité John Bolton pour plusieurs désaccords
Sécurité: signature d’un protocole d’accord entre le ministère de la sécurité burkinabè et Interpol

CULTURE

Tout comme dans les autres pays du monde, la fête de la musique a vécu à Ouagadougou. Le 21 juin dernier, l’artiste musicienne Mariam Koné du Mali a mis le feu à l’Institut français de la capitale du Burkina.


Mariam Koné est une auteur-compositeur interprète qui a étudié la musique à Bamako, au Mali. Les programmes d'échanges auxquels elle a participé lui ont permis de se produire dans de nombreux spectacles à travers le monde, avant de gagner en 2012 le concours «Les Talents de la cité» du Festival sur le Niger de Ségou, sous la houlette de Cheick Tidiane Seck. S'ensuit alors un premier album inspiré par les instruments traditionnels.

A l’occasion de la célébration de la fête de la musique, la rossignole de Kati a encore confirmé tout le bien qu’on dit d’elle en embarquant le public de l’Institut français de Ouagadougou avec elle, à travers sa voix envoutante. Durant 45 mn et avec ses musiciens, les mélomanes ont repris en cœur avec elle, une bonne partie de son répertoire. «Cette édition est un peu plus restreinte à cause de la situation sécuritaire mais j’avoue que c’est toujours un plaisir de venir jouer au Burkina», a confié celle-là même qui était sur ce même plateau de l’Institut français en 2014.

Du blues, la soul musique, la folk musique, sont autant de couleurs musicales qu’on retrouve dans le style de Mariam Koné. «République amazone» est le dernier album de l’artiste dans laquelle, elle dit retrouver la sensibilité de toutes les femmes africaines. Elle prévoit déjà beaucoup de concerts avec son prochain album qu’elle prépare pour 2020.

La scène de l’Institut français était bien riche ce 21 juin avec une bonne brochette d’artistes. Notamment AMEM, Wanrez, la Chorale laique, Djoufo Traoré, Burkin’by, Yaojah, H Pacino/ La cartouche/ Ivan Trays, Nira Blessing, Joël Vignon, Derka sang, Smile Keeper, Jazzmind, Largués sous Latérite.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé