Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

CULTURE

Créé en 2005, le projet «Classes d’Arts» a, au fil des années, a su s’imposer comme l’une des meilleures activités de formation à l’endroit de la jeunesse et reconnu comme telle en 2017 au sommet de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) à Dakar. Pour l’édition 2019, en plus de la ville de Ouagadougou, Classes d’Arts a investi Kokologho afin de faire bénéficier d’une éducation artistique aux élèves de cette localité. la restitution de l’édition 2019 a été faite le 20 avril 2019 au CDC la termitière de Ouagadougou.

«Classes d’Arts» est un projet d’éducation artistique et culturelle des enfants et des jeunes. Il s’inscrit directement dans la dynamique de développement de l’éducation artistique à l’école primaire. Pendant plus de deux mois, ce projet de la compagnie théâtre éclair à consister à l’organisation de 16 ateliers d’arts (théâtre, chant, danse soit deux ateliers par semaine sur huit semaines) avec 149 élèves dont 75 filles dans 10 écoles primaires du Burkina autour de la cohésion sociale, la culture du partage, de la tolérance et de la paix. Selon Alain Hema, directeur de la compagnie théâtre éclair, ces ateliers créent des espaces de rencontre où la parole est donnée aux enfants et se mènent spécifiquement avec les élèves de l’enseignement primaire du public et du privé pendant l’année scolaire.

«Ce qui m’intéresse fondamentalement dans ce projet, c’est ce que l’art peut apporter à l’éducation. C’est-à-dire qu’avec le théâtre, les exercices de concentration, d’écoute, d’observation, de diction, de portée vocale etc. en lien avec l’école. Que ce soit la danse, l’anatomie, comment bouge le corps, ce sont tous ces éléments qui constituent Classes d’arts», fait remarquer M. Hema.

Les enfants des écoles de la ville ou de la région choisie produisent donc des récits en rapport avec le thème choisi. De ces récits naissent des créations artistiques, imaginées par les enfants avec l’accompagnement d’un collège d’artistes professionnels composé de 10 personnes dont 4 femmes et assisté par 10 enseignants dont 4 femmes également. Les établissements ayant pris part à cette édition sont l’école des jeunes aveugles ABPAM, l’école Gounghin Nord A et D, l’école Saint Pierre de Kouka, l’école Tivoli et l’école de Kokologho.

Jacqueline Nana/Zerbo, directrice de l’école Saint Pierre de Kouka estime que c’est une bonne initiative qui a beaucoup aidé les élèves dans leur vécu quotidien. «Il y a certains élèves qui n’aimaient pas se mettre ensemble pour exercer mais depuis la mise en œuvre de ce projet, les enfants communiquent beaucoup entre eux», témoigne dame Zerbo.

Classes d’Arts fait école aujourd’hui dans plusieurs pays du continent africain depuis que Alain Hema l’a présenté au sommet de l’ADEA à Dakar en 2017 en présence des ministres de l’Education nationale. Professeur à l’Ecole internationale du théâtre du Bénin (EITB), M. Hema affirme qu’un programme hebdomadaire type a été adopté et n’attend que son adoption en Conseil des ministres pour sa mise en œuvre au Burkina.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé