Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre

CULTURE

Le ministre béninois du Tourisme, de la Culture et des Sports, Oswald Homeky, estime que les biens culturels sont une partie des africains, et constituent l’essence même de l’histoire africaine. 

Dans son allocution à l’ouverture, le mardi 9 avril 2019, à Cotonou, au Bénin, de la réunion des directeurs du patrimoine culturel et des musées de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), M. Homeky a loué et rappelé la demande formulée par son pays pour le retour des biens issus de son unique et riche patrimoine culturel historique. 

Pour lui, cette demande n’est pas une victoire du Bénin, mais plutôt la reconnaissance des efforts des leaders africains, conscients des enjeux politiques et des valeurs culturelles et identitaires fortes de ce patrimoine.

« Le Bénin doit pleinement assumer son rôle de leader sinon de pionnier dans cette démarche que je souhaite commune, sinon concertée des Etats de notre espace commun. Mon pays, le Bénin pourra, je l’espère, partager son expérience ô combien exaltante lors de cette réunion de Cotonou, avec l’ensemble des participants », a déclaré M. Homeky.  Il a invité les participants à formuler des propositions et résolutions pertinentes et réalistes, devant être présentées aux ministres de la Culture de l’espace Cedeao lors de leur prochaine réunion.

Pour sa part, le commissaire chargé de l’Education, de la Science et de la Culture de la commission de la Cedeao, Prof Leopoldo Amado, a plaidé pour que les propositions qui seront formulées permettent la mise en œuvre d’une action régionale conséquente, sans pour autant compromettre les efforts déjà engagés.

« Et en cela, il faudrait que les propositions qui vont constituer ce plan d’actions régional, tant attendu par les chefs d’Etat, soient des propositions concrètes à court, moyen et long termes ; des propositions pour l’intérêt régional, avec une répartition des responsabilités aussi bien au niveau des Etats qu’au niveau de la Communauté », a indiqué M. Amado.

S’exprimant au nom du président de la commission de la Cedeao, Jean-Claude Kassi Brou, il a insisté sur la nécessité pour les uns et les autres de s’unir pour définir un mécanisme devant contribuer au retour dans leurs pays d’origine du patrimoine culturel des pays africains hors du continent, afin de reconstituer le patrimoine culturel régional. Il est temps que l’espace communautaire se dote d’une feuille de route et d’une stratégie adéquate qui reflètent les différentes actions à mener pour atteindre des résultats probants dans le processus de restitution des biens culturels, a-t-il laissé entendre. 

Egalement présent à l’ouverture des travaux, le représentant résident de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) à Cotonou, Komlan Agbo, a mis l’accent sur l’importance que revêt pour son institution le retour des biens culturels africains dans leurs pays d’origine. 

Il s’est félicité de la participation massive des directeurs du patrimoine culturel et des musées de l’espace communautaire à cette réunion, destinée à l’élaboration du plan d’actions régional 2019 - 2023 pour le retour des biens culturels africains dans leurs pays d’origine.

Cette réunion se propose aussi d’identifier les conditions pratiques sur la problématique de retour de ces biens, de faire le point des démarches menées par ces pays dans le processus de retour de leurs biens culturels. Il s’agira également pour les participants de faire la cartographie des biens culturels africains des Etats membres de la Cedeao conservés dans les pays occidentaux ; de procéder au diagnostic de la conservation et de la protection du patrimoine culturel de ces Etats ; de proposer des actions conjointes devant permettre d’adopter une démarche régionale pour le retour des biens culturels, et de définir la stratégie de conservation des biens une fois retournés dans leurs pays d’origine.

En décembre 2018, à Abuja, au Nigeria, les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao ont adopté une Déclaration politique sur le retour des biens culturels africains dans leurs pays d’origine.  Dans cette Déclaration, les dirigeants ouest-africains ont instruit la Commission de la Cédéao à leur proposer à leur prochaine session, un plan d’actions régional pour le retour de ces biens.

Dans cette perspective, la Commission a élaboré un projet de plan d’actions régional. Toutefois, avant de le soumettre aux chefs d’Etat, il devrait être validé par les directeurs du patrimoine culturel de l’espace communautaire, et approuvé par les ministres de la culture des Etats membres ; d’où l’intérêt de la rencontre de Cotonou.

En dehors de la finalisation du projet de plan d’actions régional, la réunion examinera également la feuille de route sur le retour des biens culturels, avec un accent particulier sur l’examen du contexte, des contraintes et des défis, sans oublier les orientations, les axes et les objectifs stratégiques et les actions à mettre en œuvre.

Direction de la Communication/Cédéao

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé