Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

CULTURE

Floby est le meilleur artiste de l’année 2019. Ainsi en a décidé l’édition 2019 du Faso music Awards (Fama) ce samedi 30 mars 2019 au cours d’une cérémonie grandeur nature à Ouagadougou.

L’artiste burkinabè Floby est le grand lauréat de cette édition des Fama 2019. Il est reparti avec le prix du meilleur artiste musicien burkinabè. Déjà nominé au Kundé d’or 2019, Floby avec son titre «Weedo», est également le lauréat du tube de l’année. Arrangeur de son album «Wakato»,  Petit Jano, collaborateur de Floby, est aussi reparti avec le trophée du meilleur arrangeur de l’année.

Le meilleur promoteur culturel de l’année selon les Fama, est Abdoulaye Diallo du festival Ciné droit libre, pendant que le meilleur réalisateur vidéo de l’année est revenu à Pulsion Picture. Quant au au promoteur culturel de l’année, le sacre est revenu au promoteur de «Soko festival», Ibrahim Keita.  Quant au  thème de cette 6e édition du Fama 2019 : «La musique comme moyen d’engagement social», Yousseph Ouédraogo, promoteur du Fama a indiqué que c’est un rapprochement avec le contexte social. «Dans la plupart de nos pays, on a l’impression que l’artiste est exclusivement condamné à sa dimension romantique. Alors que l’artiste va au-delà. L’artiste est un vecteur de progrès», a-t-il expliqué.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a pour sa part, salué la tenue de cette édition malgré les péripéties. Il a par ailleurs rappelé que la culture est un milieu qui produit «énormément de richesses». «Dans ce combat de mondialisation, il faut que nous arrivions à avoir quelque chose qui est propre à nous et c’est notre culture. La culture n’a pas de prix. Les cachets, c’est juste des évaluations. Ce que les gens veulent, c’est qu’on les accompagne partout. Il faut donner sans compter», a déclaré Harouna Kaboré.

En prélude à l’évènement, le thème «Musique et engagement social en temps de crise» a fait l'objet d'une émission spéciale sur la télévision BF1 le mercredi 27 mars avec le  Dr Konate Dramane Konaté, Martin Zongo, Serges Bambara dit Smockey sur ce qui peut être l'engagement d'un artiste surtout en temps de crise.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé