Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

CULTURE

Prévue pour se tenir du 27 au 30 mars 2019, la 3e édition des journées d’amitié ivoiro-burkinabè est reportée à une date ultérieure. Les raisons de ce report ont fait l’objet d’une conférence de presse ce samedi 23 mars à Ouagadougou.

«Burkina Faso-Côte d’Ivoire, un axe socio-économique à préserver», tel est le thème de cette 3e édition des journées d’amitié ivoiro-burkinabè. Ce thème qui est en droite ligne avec le Traité d’amitié et de coopération entre les deux pays, ce veut donc un cadre de renforcement des liens d’amitié et de fraternité entre Ivoiriens et Burkinabè.
Des journées patronnées cette année par Kapiélétien Soro, ambassadeur de la République de Côte d’Ivoire au Burkina et au Niger et parrainées par le consul honoraire de la Côte d’Ivoire à Bobo-Dioulasso. Mais à la surprise générale, le comité d’organisation présidé par Charles Téhi, par ailleurs président de la l’Union des ressortissants de Côte d’Ivoire au Burkina (URECIB), a fait une sortie médiatique ce samedi matin annonçant le report de l’évènement. La raison principale de ce report selon le président de l’URECIB, problèmes financiers.

«A ce jour, nous sommes à moins de 25% du taux de mobilisation du budget de l’organisation de cette activité. Lequel budget est de l’ordre de plus de 36.000.000 FCFA», indique Charles Téhi. En rappel, les journées d’amitié ivoiro-burkinabè visent à soutenir les efforts des autorités gouvernementales, à créer un cadre de communion entre les peuples burkinabè et ivoirien, les mobiliser autour de la préservation de la paix et de faire connaître davantage l’art et la culture des deux pays. Au cours de cette 3e édition, il était prévu plusieurs manifestations festives composées d’activités culturelles et sportives entrant dans la dynamique de l’intégration des peuples et des autorités des deux pays. Il s’agit notamment de panels autour du thème principal, un gala de boxe, un match de football, des découvertes touristiques, la soirée miss ivoiro-burkinabè, le village de l’amitié, un lieu qui abritera les manifestations culinaires et les loisirs et des concerts gratuits qui se tiendront chaque soir, en plein air afin de permettra aux festivaliers de découvrir davantage la culture du Burkina et de la Côte d’Ivoire.

Après 2012 et 2015, les journées de l’amitié ivoiro-burkinabè auront-elles vraiment lieu cette année ? A cette question, Charles Téhi répond par l’affirmative. Il indique d’ailleurs que rien n’est impossible tant qu’il y a la volonté. Espérant que de bonnes volontés feront parler leur cœur, Charles Téhi rassure que ces journées se tiendront courant la fin du mois d’avril. Toutefois, le comité d’organisation interpelle les autorités ivoiro-burkinabè à intervenir pour la tenue effective de cette activité dont l’objectif est de renforcer l’union entre Burkinabè et Ivoiriens.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé