Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

CULTURE

Promoteur de la marque Sorobis-USA, Issa Sorogo est styliste et créateur de mode. Il a débuté sa carrière dans la mode en tant que mannequin et chorégraphe sous la Révolution. Premier mannequin révélé au Burkina, il est également le premier à avoir reçu un prix dans ce domaine au Fespaco 1987 des mains de feu Thomas Sankara. Présent à Ouagadougou dans le cadre du cinquantenaire de la biennale, il s’est confié à Fasozine.

Fasozine : 1987-2019, que de chemin parcouru ?

Issa Sorogo : Absolument, le chemin a été long et riche en expérience. Mannequin, chorégraphe de mode, styliste, je dirai que ça a été un beau voyage. Et le Fespaco reste une grande source d’énergie et d’inspiration pour moi.

Qu’est-ce que cela vous fait de voir autant de jeunes mannequins aujourd’hui ?

C’est vraiment un plaisir pour moi de savoir que la mode a pris son essor au Burkina. En ce sens que lorsque nous commencions, nous n’avions même pas de cachet. Je me souviens qu’en tant que premier mannequin du Burkina, le prix que j’avais reçu de Thomas Sankara au Fespaco 1987 avait une valeur de 3.000 FCFA et celui de mon styliste était de 2.000 FCFA. Aujourd’hui, les mannequins sont assez bien payés et ils voyagent à travers le monde.

Pensez-vous que le mannequinat peut nourrir son homme au Burkina ?

Le mannequinat peut nourrir son homme au Burkina mais j’ai toujours dis aux jeunes qu’il faut aimer ce que l’on fait. On ne vient pas au mannequinat parce qu’on a faim mais parce qu’on aime le métier. Il est vrai que ce n’était pas évident pour moi au début mais j’ai eu la chance d’être découvert par des Américains qui m’ont emmené aux Etats-Unis et je suis dans la mode jusque-là et ça marche bien pour moi.

Essayez-vous d’ouvrir une passerelle afin de donner une chance aux jeunes mannequins burkinabè ?

J’ai commencé à inviter des mannequins à l’extérieur. En été dernier, j’ai emmené un mannequin en Europe juste pour lui donner sa chance. J’essaie de tendre la main aux jeunes stylistes tels que Black et bien d’autres parce qu’ils sont nombreux à vouloir travailler avec moi parce qu’ils comprennent et adorent ce qu’ils font.

Des projets en vue au Burkina ?

Oui bien sûr et c’est pour cela que je suis là. Cela fait quatre semaines que je suis au Burkina. Nous avons défilé au Gondwana la semaine dernière et nous sommes là actuellement pour le défilé international du Fespaco. Il y a plein de choses que nous pouvons faire en Afrique. Il est vrai que je suis basé aux USA mais beaucoup de mes articles sont produits ici en Afrique juste pour encourager le made in Africa.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé