Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

CULTURE

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou bat son plein en ce moment dans la capitale et autres villes du Burkina. Pays invité d’honneur à cette 26e édition cinquantenaire, le Rwanda dit être «satisfait» de l’organisation dans son ensemble et surtout du Marché international du cinéma et de la télévision africain (Mica) qui lui permet de faire découvrir et redécouvrir son patrimoine culturel et touristique.


Conformément à sa vocation, le Mica accompagne le cinéma africain dans sa volonté de se promouvoir davantage en offrant à la consommation internationale, des produits cinématographiques et audiovisuels de qualité. Le but étant d’offrir aux cinéastes africains et de la diaspora un espace marchand professionnel, fiable et fructueux. Il s’agit pour le Mica en cette 19e édition, de porter un marché du film africain à la hauteur des nouvelles ambitions du Fespaco. Des ambitions qui qui se déclinent en termes d’innovations, d’ouverture et de renforcement des acquis qui ont permis au Fespaco de se hisser au rang de festival panafricain et au Mica d’être un espace promotionnel d’envergure internationale.

Pays invité d’honneur cette année, le Rwanda est donc présent au Mica à travers un gigantesque stand. Jessica Nyirimana est membre de cette délégation et animatrice dudit stand pour le volet conférence et tourisme. «Nous avons été très bien accueillis et c’est vraiment chaleureux. Nous avons un stand assez grand qui nous permet d’exposer toutes nos thématiques et films», témoigne-t-elle.

Le Rwanda selon Jessica Nyirimana est un pays très propre et vert, avec ses gorilles et son lac Kivu qui l’arrose. Au total, ce sont cinq thèmes que les Rwandais comptent développer lors de ce Fespaco. «Le Rwanda n’est pas connu comme un pays de cinéma, mais entend visiblement bien le devenir», insiste Jessica Nyirimana. Le pays invité d’honneur est venu en force à ce festival avec plusieurs délégations. Les trois réalisateurs de films en compétition sont évidemment présents. Joël Karekezi, venu présenter le long-métrage «Mercy of the jungle», centré sur deux soldats de l’armée rwandaise, séparés de leur bataillon dans le Sud-Kivu en 1998. Marie-Clémentine Dusabejambo, pour le court-métrage «Icyasha» et Jean-Claude Uwiringiyimana, pour le court-métrage documentaire «Inanga», sont également présents.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé