Aujourd'hui,
URGENT
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)
11-décembre: "je renouvelle mon appel à une trêve sociale et à une union sacrée autour des FDS pour vaincre le terrorisme"(Roch Kaboré) 
Politique: le candidat du CDP pour la présidentielle de 2020 connu d'ici le 31 janvier prochain
Algérie: les ex-Premiers ministres Ouyahia et Sellal condamnés pour corruption
Burkina: le gouvernement et le MCC ont signé le 6 décembre 2019 à Ouagadougou l’aide-mémoire du second compact
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 

CULTURE

L’Initiative de financement innovant pour la culture (IFIC) et le Programme d’appui aux initiatives créatives et à la gouvernance de la culture ont été «officiellement» lancés le lundi 25 février 2019 à l’occasion du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).


La présence de Stephano Manservisi, directeur général du développement et de la coopération internationale de la Commission européenne au Burkina avec l’Agence française de développement qui participe également au soutien de ce programme, constitue un signal fort et renouvelé, du soutien renouvelé de l’Union européenne au monde de la culture au pays des Hommes intègres.

Depuis plusieurs décennies en effet, la commission de l’UE est le «premier partenaire traditionnel du Fespaco». Pour cette 26e édition cinquantenaire, l’UE apporte une expertise pointue pour la professionnalisation du Fespaco et de son Marché international du cinéma africain (MICA) ainsi qu’un appui financier de 300.000 Euros pour l’organisation du festival, l’octroi des prix européens du Fespaco qui visent selon M. Manservisi, à assurer la promotion du cinéma africain et des œuvres africaines primées par le jury du Fespaco.

Le Programme d’appui aux industries culturelles et créatives et à la gouvernance de la culture au Burkina, est un projet qui vise à la création de richesse et d’emplois dans les filières image (cinéma, vidéo, télévision), arts de la scène (musique, théâtre et chorégraphie), l’artisanat d’art et les arts appliqués ; l’appui à la culture dans la région des Hauts-Bassins ; le renforcement de la gouvernance de la culture et des capacités d’accompagnement des acteurs culturels au ministère de la Culture, des Arts et du tourisme. D’un coût global de 10 millions d’Euros soit 6,5 milliards de francs CFA financé par à l’UE, ledit projet a une durée de cinq ans.

En ce qui concerne l’Initiative de financement innovant pour la culture, l’UE bénéficie de l’appui de l’AFD. Ce projet permettra la réouverture très prochaine du Hub culturel de Guimbi de Bobo-Dioulasso. Malgré son million d'habitants et sons statut de deuxième ville du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso ne dispose plus d'un cinéma depuis la fermeture de sa dernière salle en 2005. Très attendue par les habitants de Bobo-Dioulasso, la réouverture du Ciné Guimbi grâce à ce projet selon Berni Goldbat, permettra à ce lieu dêtre un espace de rencontre, d’échanges et de détente pour les Bobolais et Bobolaises et aussi du monde entier. En effet, Débutée en 2015, la construction de ce joyau traîne les pas par manque de moyens financiers. C’est donc un ouf de soulagement pour M. Goldbat. Il estime que c’est une initiative avec une importance autant économique que symbolique pour la région des Hauts-Bassins.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango ne peut que se réjouir de cet accompagnement de l’UE et de l’AFD pour la promotion de la culture burkinabè. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé