Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

photo officielle de famille avec le Premier ministre indien

CULTURE

188 délégations provenant des quatre coins du monde invitées par le gouvernement indien, ont assisté à l’édition 2019 du Kumbh Mela, le plus grand rassemblement religieux et humain au monde. Les différents participants étrangers, ont été reçus sur le site des rites par les principaux organisateurs de cette célébration qui se tient du 15 janvier au 4 mars 2019. Depuis 2017, l’événement est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Coup d’essai, coup de maitre car pour une première, le gouvernement indien a réussi son pari de convier pour cette édition du Kumbh, des participants issus de toutes les contrées du monde : du Mali au Guatemala, de l’Estonie à la Malaisie en passant par le Burkina Faso et la Palestine. Chaque part du monde avait bel et bien son représentant dans ce rassemblement mondial du 21 au 23 février 2019. 

Deux activités phares étaient au programme  de la centaine de participants constitués de toutes les couches socioprofessionnelles. Il s’agit de l’expédition à Prayagraj pour découvrir la célébration du Kumbh le vendredi 22 février et la rencontre avec les autorités exécutives indiennes avec à leur tête, le Premier ministre indien, Narendra Modi, le samedi 23 février 2019.

Pour Sushma Swaraj, ministre indien en charge des affaires étrangères, le Kumbh constitue un patrimoine unique de l’Inde et l’édition de cette année revêt un symbolisme. « Sans aucune invitation, des gens de tous les coins du pays se rendent à kumbh Mela. La spécialité du Kumbh de cette année est que non seulement les citoyens indiens, mais aussi au moins un citoyen de chaque pays du monde y participe. Par conséquent, la beauté de Kumbh de cette année est unique » a-t-elle fait savoir.

Pour un suivi des visiteurs, les participants ont été scindés en sept groupes portant chacun le nom d’un des sept rivières sacrés de l’Inde : Brahmaputra, Ganga, Godavari, Kaveri, Narmada, Saraswati et Yamuna.

La journée du vendredi 22 février a été riche, pleine et mémorable pour les pèlerins d’un jour. Après avoir quitté la capitale, New Delhi tôt dans la matinée par un vol privé, ils sont arrivés vers la fin de la matinée à l’aéroport de Prayagraj, ville indienne du sud de l’État d’Uttar Pradesh, capitale de l'une des 18 divisions territoriales de cet État et du district d'Allahabad où se tient l’édition 2019 de ce rassemblement.

Cette immersion permet, selon les croyances, d’assurer aux pèlerins et à leurs descendants d’être lavés de tous leurs pêchés. 

 

L’eau purificatrice…

Après un accueil chaleureux avec remise de collier de fleurs par les populations, le convoi de la délégation étrangère a mis le cap sur le site du pèlerinage pour constater de visu et s’imprégner de cette grande fête culturelle et religieuse ouverte à tous sans distinction aucune.

Une fois arrivé sur le point de rassemblement dédié à  la délégation étrangère, direction a été mise sur Qila Ghat par ferry. Après une dizaine de minutes de traversée, la délégation s’est rendue tour à tour à l’Akshay vat, le nom du figuier sacré mentionné dans la mythologie hindoue, au Sangam où quelques participants ont sacrifié à la tradition en s’immergeant entièrement dans l’eau de la rivière. Cette immersion permet, selon les croyances, d’assurer aux pèlerins et à leurs descendants d’être lavés de tous leurs pêchés. Après cet acte solennel du Kumbh Mela, les pèlerins ont regagné l’autre rive où ils ont assisté dans l’après midi à un programme culturel et à des prestations artistiques.  Après ce programme bien rempli, c’est tout content que les participants ont regagné New Delhi. Selon Selma Hadzihalilovic de la Bosnie, une activiste qui lutte pour la justice sociale en faveur des femmes, les mots lui manquent pour qualifier ce qu’elle a vu et surtout sur l’initiative des autorités indiennes.

«  Je n’ai pas les mots pour décrire ce que j’ai vu et les sentiments qui m’animent actuellement (…) C’était simplement merveilleux, et je crois qu’il me faut un peu de temps pour arranger mes idées. Pour le moment, je peux dire que le gouvernement indien a fait un effort extraordinaire pour qu’on se sente comme chez nous. Je suis vraiment heureuse d’être parmi les 186 nations-pays représentés et le fait marquant est que nous sommes devenus en quelques jours, comme une grande famille » a fait savoir non sans émotion, la participante de la Bosnie. Initiative également saluée par le représentant du Tchad, Adoumldriss Adoum qui dirige une association qui fait de la promotion de la culture indienne son cheval de bataille de même que les échanges culturels entre l’Inde et l’Afrique et son pays en particulier. Malgré qu’il est à sa quatrième visite en terre indienne, il dit qu’il va garder un très bon souvenir de ce rassemblement qui lui a permis surtout d’échanger avec d’autres personnes d’autres pays qu’il n’allait peut être jamais avoir l’occasion de croiser.

« C’est un grand patrimoine »

Ce samedi 23 février 2019, les 188 participants étrangers après leur expédition de la veille ont été reçus par le Premier ministre indien, Narendra Modi en compagnie de la ministre en charge des affaires étrangères. «Tant qu'on ne se rend pas au Kumbh Mela, on ne peut pas comprendre à quel point c'est un grand patrimoine » a dit en substance, Narendra Modi qui s’exprimait en Indi, la langue officielle du pays.

« Le Kumbh est un forum de discussion entre les chefs spirituels et les réformateurs sociaux, pour tracer une feuille de route pour l'avenir et suivre les progrès. En ce qui concerne les perspectives, elles visent maintenant à combiner la modernité et la technologie, avec la foi, la spiritualité et la conscience culturelle, à la Kumbh Mela. Le monde reconnaîtrait l'Inde, à la fois pour sa modernité et pour son riche patrimoine » a-t-il ajouté en remerciant les délégués du monde entier pour leur participation qui a contribué certainement à la réussite du Kumbh 2019. 

 Une séance de méditation à l'Akshay vat

La porte parole des participants, la Biélorusse Anastasia Bulankova a tout simplement remercié les autorités indiennes pour la belle initiative de réunir tous les pays au cours de ce grand événement.  Elle a signifié que les participants n’oublieront pas l’Inde et ses riches valeurs de son patrimoine, valeurs essentielles pour un dialogue interculturel et interreligieux fécond et pérenne entre tous. Cette session de 72 heures s’est close avec une photo de famille des délégués avec le Premier ministre indien. 

Notons que la Kumbh Mela (la fête de la cruche sacrée) est ancrée dans la mythologie hindoue. C'est le plus grand rassemblement public et acte de foi collectif, dans le monde entier. La Mela attire des dizaines de millions de pèlerins en 48 jours environ pour se baigner au confluent sacré du Ganga, du Yamuna et du mystique Sarasvati. Kumbh Mela, est célébré quatre fois en douze ans. La position géographique de Kumbh Mela s'étend sur quatre localités en Inde et le site de Mela continue de tourner entre l’un des quatre pèlerinages sur quatre rivières sacrées. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé