Aujourd'hui,
URGENT
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 
Burkina: Le Premier ministre, Christophe Dabiré, effectue, les 14 et 15 février 2020, une visite officielle dans la région du Sud-Ouest. 
Yagha: un Pasteur et des membres de sa famille -dont ses enfants- exécutés ce 13 février 2020  par des hommes armés non identifiés. 
Fada N'Gourma : 8 assaillants abattus et un autre capturé le 10 février 2020 dans l'attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou.
Chine: le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé 20 400, le virus a tué 425 personnes.  
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale

CULTURE

Dans le cadre des activités entrant dans la célébration du cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco), un hommage sera rendu le lundi 25 février prochain aux anciens du monde du cinéma et de la musique du Burkina Faso à travers une nuit dénommée «Nuit des anciens». L’annonce a été faite ce jeudi 21 février 2019 à Ouagadougou par les organisateurs qui sont des cinéastes.


En marge des activités de la biennale du cinéma, les cinéastes Bernard Yaméogo, Redo Porgo et Issaka Compaoré organisent au rond-point des cinéastes, une soirée-gala le 25 février prochain pour rendre un hommage mérité aux cinéastes vivants et recueillir leurs témoignages pour la mémoire.

Selon l’un les initiateurs, cette soirée des anciens, est un tremplin d’hommage pour célébrer les pionniers vivants et célébrer leur mémoire. «Un peuple sans mémoire, est un peuple sans racines et sans âmes. Nous voulons conserver cette mémoire en héritage à la génération future. Ainsi, nous allons célébrer tous ceux qui interviennent dans les films à savoir les producteurs, les réalisateurs, les techniciens de plateau, les scénaristes, les comédiens et les musiciens», a expliqué Bernard Yaméogo, cinéaste. Et Issaka Compaoré, cinéaste également d’ajouter, «ces anciens sont  des gens qui ont beaucoup compté pour notre culture et notre cinéma donc, nous ne pouvons pas les oublier. Dans nos coutumes, un ancien c’est quelqu’un qu’il faut respecter, honorer et dont il faut reconnaitre les valeurs. Voilà pourquoi nous nous sommes dit qu’il n’y a pas lieu de laisser partir les gens avant de reconnaitre leur mérite.»

Cette manifestation, d’après les conférenciers, va regrouper au moins 250 anciens dont la tranche d’âge est celui de la biennale du cinéma afin d’honorer tous les hommes et toutes les femmes qui se sont dépensés pour que le Fespaco soit ce qu’il est aujourd’hui. Seront présents à cet évènement, des anciens de plusieurs pays. Notamment la Côte-d’Ivoire, le  Mali, le Niger, le Maroc, le  Gabon, le Cameroun et le Burkina Faso.

A cette nuit, il y aura deux catégories de distinction. Celle des médailles pour le mérite d’ancienneté et ceux qui recevront des attestations de reconnaissance. Première du genre, la «Nuit des anciens» se veut être institutionnalisée. «Notre vœu serait que cet évènement soit institutionnel et s’il y a une aide de part et d’autre, nous pourrons pérenniser la nuit des anciens avec la collaboration du Fespaco», a souhaité Redo Porgo.

L’initiative «Nuit des anciens» est celle des cinéastes Bernard Yaméogo, Redo Porgo et Issiaka Compaoré en accord avec le Fespaco. Ayant rencontré l’assentiment des autorités politiques, religieuses et coutumières aux dires des initiateurs, cette initiative est placée sous le patronage de la présidence du Faso, de la mairie centrale de Ouagadougou et du Mogho Naaba, roi des Moosé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé