Aujourd'hui,
URGENT
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril
Nécro: décès de Benoît Kambou, l’ambassadeur du Burkina au Tchad

CULTURE

Débuté  le 31 janvier 2019 à Ouagadougou, Le Conseil d'administration du secteur ministériel (Casem) du ministère de la Culture, des Arts et du tourisme(MCAT), placé sous le thème: "la stratégie nationale  de la culture et du tourisme à l'épreuve de la décentralisation", a fermé ses portes  le 1er février 2019. Au terme des échanges, les participants ont présenté des propositions de  recommandations à leur ministre de tutelle Abdoul Karim Sango.

Durant deux jours, le personnel du Casem, les partenaires techniques et  financiers ont échangé autour du thème retenu. Pour le ministre, les discussions et échanges de cette deuxième session ordinaire du Casem ont été "fructueux et intéressants", permettant de se féliciter des étapes déjà franchies mais aussi d'appréhender les défis qui restent à relever sur le chemin du développement culturel et touristique. "S'il est vrai que nous pouvons nous féliciter des résultats enregistrés en 2018, il nous faut garder à l'esprit que de nombreux défis restent à relever."

A l'en croire, pour relever ces défis, il faut surtout se  tourner vers l’avenir et centrer l’attention sur les  activités futures qui doivent s'inscrire dans la perspective d'une synergie en vue de renforcer la contribution du secteur culturel  au développement économique et social du pays. A cet effet, chacun a été invité  à redoubler d'efforts en 2019 et surtout à améliorer le management de son service afin de relever ensemble les défis en vue de parvenir aux résultats assigné au département dans le cadre du PNDES. « Gardant à l'esprit le thème de la présente session de notre Casem, je vous exhorte vivement à vous inscrire dans la logique de la décentralisation pour mieux prendre en charge les besoins des acteurs locaux et privés ,qui demeurent des principaux artisans du développement de la culture et du tourisme. Aussi, êtes  vous invités à être des structures d'accompagnement des acteurs et non à vous substituer à eux surtout dans un contexte de transfert irréversible de compétences. Soyons donc plus ambitieux et audacieux, engageons nous résolument pour une meilleure efficacité des actions de notre département dans la détermination et la cohésion » a laissé entendre le ministre Abdoul Karim Sango.

Au terme des échanges, plusieurs recommandations en sont ressorties. Il s'agit, entre autres,  de mettre en place un dispositif de suivi des matières transférées aux collectivités, de créer un cadre de concertation sectorielle entre les faitières des collectivités territoriales et autres parties prenantes, d’encadrer l'utilisation des fonds de téléphonie mobile alloués au MCAT, de renforcer les compétences des cadres du MCAT sur l'approche de la gestion axées sur les résultats et de faire un plaidoyer auprès du ministère des finances pour l'allègement des procédures de la commande publique dans l'acquisition des pauses - cafés et cocktails en vue de prendre en compte les prestataires au niveau décentralisé. 

Le ministre au sortir des travaux a apprécié les recommandations formulées et a promis de veiller personnellement à leur mise en œuvre en vue de donner une plus grande efficacité à l'action de son département.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé