Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

© Dr

CULTURE

N’Goné Fall, commissaire générale de « Africa 2020 », de passage à Ouagadougou a rencontré les acteurs culturels et les journalistes. Ce rendez-vous tenu le vendredi 26 octobre a servi de cadre pour cette architecte et commissaire d’exposition sénégalaise, de présenter la saison culturelle baptisée « Africa 2020 ». L’évènement qui se tiendra de juin à décembre 2020, se présente comme une tribune qui va permettre de faire découvrir une autre image de l’Afrique en France.

C’était à l’occasion de son discours prononcé à l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki Zerbo de, que le président français Emmanuel Macron, avait annoncé les couleurs quant à la saison culturelle « Africa 2020 ». Il s’agit en effet, d’un projet entrant dans le cadre de la diplomatie culturelle. Ainsi, après Israël en 2018, la Roumanie en 2019, il reviendra au continent africain, dans toute sa diversité, de  montrer aux yeux du monde son potentiel culturel en 2020.

Selon N’Goné Fall, ce projet permettra de mettre en évidence une programmation qui sera axée autour de la création artistique. Mais, il va s’agir d’accorder une place à  la recherche scientifique et notamment ce qui « fait bouger notre continent ». Toutefois, elle confie que, « la volonté du président de la République française Emmanuel Macron, qui m’a nommé à ce poste, est de faire changer le mauvais regard que les gens, notamment les Français, ont de l’Afrique ».

Dans le souci de relever ce défi, Mme Fall émet le souhait que les porteurs de projets fassent preuve d’ « intelligence collective ». Car son vœu réside dans le fait que cette saison dédiée à l’Afrique, puisse se matérialiser par « une programmation totalement panafricaine, pluridisciplinaire et contemporaine ». D’autant plus que l’objectif visé, ajoute-t-elle, est de « casser les barrières physiques et mentales ».  

Cinq axes de réflexions ont été définis et c’est autour de ceux-ci que les porteurs de projets devront s’inspirer. A ce propos, il s’agit de l’oralité augmentée, l’économie et la fabulation (qui sous-entend  la redistribution des ressources, les flux financiers, etc.), l’archivage d’histoires imaginaires, la fiction et le mouvement non autorisé et le système de désobéissance.

Par ailleurs, N’Goné Fall a précisé qu’au regard des objectifs à atteindre, « les projets ne seront pas conçus autour d’un seul artiste, d’un seul pays, d’une seule région ou d’une seule aire linguistique ». Ce sera alors une occasion d’être face à des « projets conçus comme des espaces de partage, de savoir et d’expérience (…) qui rassemblera des professionnels de différents secteurs afin de favoriser les échanges de savoir-faire et les débats d’idées ».

En somme, pour N’Goné Fall, ce projet culturel se présente comme « une plate-forme collaborative pour la production et l’échange de connaissances ». « Africa 2020 », prend en compte de nombreuses disciplines dont les arts visuels, les spectacles vivants, le cinéma, la littérature, la recherche, l’économie, la gastronomie, la mode et les sports urbains.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir