Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

CULTURE

Après deux éditions consécutives, la Rentrée du droit d’auteur (RDA) a débuté ce 25 octobre à Koudougou avec la tenue d’un séminaire international. Du 25 au 27 octobre 2018, artistes, cadres du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) et utilisateurs d’œuvres artistiques vont échanger sur le thème : « Cultiver le droit d’auteur pour enrayer la pauvreté ».

L’objectif de cette session est de faire du droit d’auteur un levier de croissance économique aux fins d’une industrie culturelle créative émergente pour les Etats africains et une clef pour le rayonnement de la culture et l’épanouissement des artistes.

 «Par l’épanouissement de nos artistes, le BBDA entend à travers les conclusions de ce séminaire de haut niveau faire du droit d’auteur, un outil de baisse de l’incidence de la pauvreté», a laissé entendre Wahabou Bara, directeur général du BBDA à l’ouverture des travaux. D’étendue sous régionale, ce séminaire connait la participation des organismes sœurs des droits d’auteur de l’Uemoa et de la Cédéao. 

Simon Ouédraogo, représentant l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), a indiqué le soutien indéfectible de son institution au BBDA pour l’adoption de la loi sur le droit d’auteur et sur les droits voisins. «Le Burkina est l’un des rares pays africains à avoir adhéré à toutes les conventions et traités internationaux dans le cadre de l’OMPI. Cela montre combien les autorités du Burkina accordent une place importante à la protection du droit d’auteur et des droits voisins», a indiqué M. Ouédraogo. Les premières discutions sur ladite loi ayant été tenues à Koudougou, Simon Ouédraogo espère que la consécration de cette loi, marquera d’un sceau la contribution décentralisée de la commune de Koudougou à son élaboration. Cette initiative de la RDA est très importante et louable aux yeux de M. Ouédraogo. Toutefois, il fait remarquer qu’une belle loi ne sert à rien si elle ne sert à protéger les intérêts des créateurs. «Le droit d’auteur protège les intérêts des artistes vivants et non des artistes morts», a-t-il conclu.

Plusieurs panels sont au programme de ce séminaire. Les sous thèmes qui seront développés au cours de ces échanges sont : l’Etat des lieux du droit d’auteur en Afrique ; le Mécanisme de gestion collective du droit d’auteur en Afrique ; le Rôle de l’Etat dans la protection du droit d’auteur ; le Rôle des médias dans la protection du droit d’auteur et la Contribution du droit d’auteur au développement durable des Etats africains. 

Première du genre dans l’univers du droit d’auteur, la RDA a, entre autres, pour objectif, de favoriser un cadre d’échanges entre les artistes, le BBDA et les utilisateurs d’œuvres artistiques. Elle vise à développer le coefficient de sympathie de l’institution auprès de ses partenaires.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir