Aujourd'hui,
URGENT
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires

CULTURE

Produit par la Cour du Naaba du musicien Alif Naaba, l’album de 12 titres de l’artiste Nabalüm a été présentée officiellement à travers une conférence de presse, à Ouagadougou le vendredi 20 juillet dernier. Par cet album, Nabalüm invite ce qu’on l’accepte tel qu’elle se présente d’où l’avoir intitulé « Saké », en langue mooré qui signifie en français « accepte ».

Après s’être dévoilée au public burkinabè grâce à « M’yameh », sa première production qui n’était qu’un EP, cet artiste de l’écurie « La Cour du Naaba » était plus qu’attendue pour la suite de sa carrière. D’autant plus   que pour ses premiers pas, il y a deux ans de cela (2016) elle avait été considéré comme la révélation et l’espoir de la musique burkinabè.

A cette attente, elle a su répondre présente avec « Saké », son premier album. Dotée d’une voix suave, profonde, généreuse et aussi pleine d’émotions, Nabalüm exprime ses émotions en chanson dans une musique universaliste, qualifiée par Alif Naaba, son mentor et à la fois directeur artistique comme étant des codes pour s’ouvrir au monde.

Chantés en anglais, français, dioula et mooré, les titres de Nabalüm traitent aussi bien de sujets d’ordre socioculturel, que sentimental. Ainsi, avec les titres « from where » et « Black », la jeune artiste affirme et assume son appartenance au continent africain. « Mdolé » et « Noka » abordent la question de l’amour. Toutefois, elle ne manque pas de pointer du doigt les hypocrites, à travers le titre « Munafiqoon ». Mais également, tout en invitant à scolariser les filles (Lécolé), cet autodidacte, interprète, auteur-compositrice ne manque de «rendre grâce à Dieu » avec le titre « Wendé ».

Avec en ligne de mire de confirmer tout le bien dit à son sujet et de s’imposer, Nabalüm entend à travers ce premier pas se faire « accepter », car tout part de là. Elle confie, « c’est par acceptation que je fais la musique. C’est par acceptation que vous avez décidé de venir me soutenir. C’est par acceptation que nait l’amour ». Comme pour dire que pour ce premier album, le titre « Saké » a tout son pesant.       

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir