Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats
Justice: la CPI ordonne le maintien en détention de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo
Colombie: au moins 21 personnes ont été tuées et dix autres blessées  dans un attentat à la voiture piégée, à Bogota
Yémen: les observateurs de l'ONU cibles de tirs à Hodeïda, ils sont sains et saufs, selon les Nations unies (RFI)
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra
Burkina: le Canadien Kurk Woodman, enlevé dans la nuit du 15 au 16 janvier à Tiabangou (Région du Sahel) a été retrouvé mort

Michel Kafando montrant à l'assistance le tableau honorifique

CULTURE

Michel Kafando, président de la Transition de 2014 à 2015, a été honoré ce jeudi 17 mai 2018 par le ministère de la culture, des arts et du tourisme, suite à l’initiative d’Isabelle Bulczynski / Dossa. C’est un tableau, réalisé par cette dernière citée, qui a été remis à l’actuel envoyé spécial des Nations Unies au Burundi. Ledit tableau n’est autre qu’un portrait de l’hôte du jour et qui vient selon son auteur saluer les valeurs d’un « grand homme ».

Inviter les peuples à rester solidaires pour l’avancée du Burkina Faso, est le message qu’a bien voulu véhiculer l’artiste plasticienne Isabelle Bulczynski/Dossa, à travers sa fresque consacrée à Michel Kafando, président de la Transition. Tout en remerciant le ministre de la culture, des arts et du tourisme pour cet honneur, l’ancien chef d’Etat n’a pas manqué de témoigner sa gratitude. Il a également précisé qu’au-delà de sa personne, c’est un hommage rendu à la transition. 

Michel Kafando a confié que c’est « de bonne foi » que les défis ont été relevés et ce dans la limite de leurs capacités malgré les diverses adversités auxquelles les acteurs  ont été confrontés.

 « Je voudrais louer son talent et lui dire que cette œuvre qu’elle a produite (…) demeurera pour moi un chainon de l’histoire éternelle du Burkina Faso », s’est exprimé Michel Kafando. Et celui-ci de poursuivre, « je reçois cet hommage avec honneur mais aussi humilité. Je l’accepte surtout pour ceux qui ont travaillé à mes côtés, à m’aider du mieux qu’ils pouvaient à mener cette épopée bien singulière de notre histoire ».

Par ailleurs, Isabelle Bulczynski/Dossa a fait savoir qu’elle a été inspirée par un discours prononcé par le président Kafando, pour concevoir l’œuvre fort appréciée par toute l’assistance. Lequel discours se résume en ces propos : « J’aurais tout fait pour que la paix règne dans ce pays ». Selon l’artiste, c’est ce sens élevé de l’intérêt général de l’homme d’Etat, qui a attiré son attention. Elle soutient que la démarche de celui qu’elle honore visait à faire « taire nos intérêts égoïstes et être ensemble ».

En outre, sur le tableau qu’elle a réalisé on a dans le centre, le portrait de Michel Kafando, entouré de visages déformés représentant les martyrs. Tout en haut, un serpent a été représenté en symbole au mal qui gangrène le Burkina Faso, mais qui se heurte à un mur constitué par de petits personnages (le peuple) qui se tiennent les mains. Le tout réalisé sur une tôle rouillée. En somme, ce tableau est du coup une invitation au peuple à faire preuve « d’unité, à travailler ensemble pour sortir le Burkina du gouffre », laisse entendre Isabelle Bulczynski/Dossa.

Conscient de ce que la culture est maillon essentiel au développement d’une Nation, Michel Kafando a saisi l’occasion pour lancer un appel dans ce sens à Abdoul Karim Sango, ministre de la culture, des arts et du tourisme. Ainsi, il estime que pour parvenir à un résultat probant, il va falloir d’abord faire de la culture un levier de la conscience nationale. Ensuite, un flambeau du destin et enfin, en faire le fondement du développement une réalité.         

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé