Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

CULTURE

Après «L’heure de gloire» en 2015, l’artiste musicienne Pam Luster sort son second opus intitulé «Tous frères». De 6 titres, l’album a été présenté à la presse ce samedi 17 mars 2018 à Ouagadougou.


«Tous frères» est la façon pour Patricia Minoungou (son nom à l’état civil), d’interpeller les Burkinabè sur la nécessité de se pardonner et s’unir. «On peut manifester son mécontentement autrement quel que soit nos divergences. Nous devons prioriser le dialogue pour régler nos problèmes», conseille Patricia Minoungou. Le climat socio-politique délétère de son pays est la source d’inspiration de cet opus de Pam Luster. Interpeller la jeunesse burkinabè à prendre conscience des méfaits de l’incivisme, tel est l’objectif que vise Pam Luster en mettant cette œuvre sur le marché discographique.

Avec des thèmes bien choisis et des messages poignants, l’artiste entend œuvrer pour véritable réconciliation nationale mais aussi et surtout pour un retour à de bonnes valeurs humaines, gages de paix et de cohésion sociale. Ainsi donc, on retrouve des titres comme  «Douni ya raaga» qui signifie «le monde est un marché» en langue mooré. Dans cette chanson, l’artiste souligne la caractère passager de la vie terrestre. Elle rappelle qu’au-delà de toutes leurs différences, tous les êtres humains ont du sang dans leur veine, respirent le même souffle d’air, sont éclairés et réchauffés par le même soleil et sont tous condamnés à une mort certaine.

A travers «Tous frères» le titre éponyme de l’album, l’artiste décrit avec fierté son pays le Burkina, un pays riche de ses hommes et de sa culture. Elle fait un clin d’œil à la paranté à plaisanterie, véritable instrument de résolution de conflits. Elle invite aussi tous les Burkinabè à préserver et à consolider ce lien qui les unit au-delà de leurs différences sociales (ethniques, religieuses, politiques…)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé