Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

CULTURE

En marge de la 5e édition des Journées cinématographiques de la Femme africaine (JCFA), s’est ouvert ce lundi 5 mars 2018, le premier rendez-vous de « Galerie ciné-équipements ». Il s’agit d’une exposition-vente d’équipements intervenant dans la réalisation de films, qui se tient jusqu’au 7 mars prochain, dans l’enceinte de l’Institut supérieur de l’image et du son (ISIS). A travers cet événement, le comité d’organisation avec à sa tête Mamounata Nikièma entend faire découvrir aux cinéphiles les outils et la fonctionnalité du matériel cinématographique.  

Des outils de prise de vue au maquillage-costume, en passant par le fonctionnement d’appareils servant à réaliser un film, constituent le décor qui est donné de voir aux amateurs de film. Ceci entre dans le cadre de la première édition de « Galerie ciné-équipements ». A travers une exposition-vente de matériels cinématographiques, l’objectif est de donner des espaces de commercialisation aux matériels du cinéma et de l’audiovisuel, selon la promotrice Mamounata Nikiema. « C’est un espace ouvert aux professionnels du cinéma qui pourront s’enquérir des nouvelles technologies dans ce domaine. Mais aussi, ouvert au grand public notamment les scolaires qui peuvent aussi venir pour des ateliers », nous a-t-elle confié.  

En effet, c’est l’essentiel du matériel utilisé pour le tournage d’un quelconque film qui est exposé. Une chose qui permettra d’une part au public amateur d’en savoir davantage sur le procédé entrant dans le cadre de la réalisation d’un projet cinématographique. Et d’autre part, de se rendre compte de l’évolution des techniques propres au cinéma. Cet aspect est perceptible avec la présence sur les lieux d’outils (appareil photo, machines de projection, caméra, cassette,…) d’une autre époque.  

Par ailleurs, le directeur général de l’ISIS, a traduit son honneur de voir son établissement servir de cadre à un tel événement. Et aux dires de Souleymane Ouédraogo, « il n’y a rien de tel que d’accueillir une exposition consacrée aux outils du travail, consacrée aux équipements de travail ». Il ne manque pas de saluer l’initiative, estimant que cela servira d’école pour certains. « C’est le moment également pour le grand public, pour le monde professionnel et naturellement pour les étudiants de découvrir dans l’actualité quels sont les équipements qui sont utilisés », reconnait M. Ouédraogo.   

Quant à Suzanne Kourouma, chef de département marché du film au Fespaco, et marraine de « Galerie Ciné-équipements », l’heure est aux félicitations à l’endroit du comité d’organisation. Au regard des efforts consentis de part et d’autre pour que cette exposition ait lieu, elle affiche son optimisme quant à ce projet. C’est en cela qu’elle affirme qu’ « à partir de ce soir, il y a quelque chose de grand qui commence à naître ».

Au-delà de l’exposition-vente, d’autres programmes viendront combler ce moment. En outre, il est prévu des ateliers-découvertes, des visites guidées ainsi que des jeux concours sur le cinéma burkinabè. Cet espace refermera ses portes le 7 mars prochain au soir. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé