Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

CULTURE

Du 27 février au 1er mars prochain, se tiendra dans la capitale burkinabè le festival panafricain de la série de Ouagadougou dénommé «Série Series». A la veille de la cérémonie d’ouverture de ce festival panafricain dédié aux séries, le comité d’organisation a animé un point de presse ce lundi 26 février 2018 à Ouagadougou. L’objectif était de faire le point en présence des partenaires venus d’Europe pour apporter leurs expériences au festival.

Le programme de ce festival consistera principalement à la présentation de séries panafricaines, à des séances de décryptage ou des études de cas, des ateliers de formations avec des professionnels venus d’Afrique et d’Europe, et des séminaires notamment le séminaire sur le droit d’auteur. Tel est le déroulé de ces 72 heures de séries.

Selon le promoteur, Issaka Sawadogo, ces trois jours sont très peu pour tout aborder. Mais, dit-il, «Nous allons donner le meilleur de nous-même pour pourvoir entamer et planter les graines pour un avenir meilleur». Il précise que le but de ce festival est de permettre aux partenaires qui ont beaucoup d’expérience de partager leurs expériences avec les acteurs burkinabè mais aussi d’apprendre  auprès d’eux. «Nous recherchons une certaine collaboration. Il faut qu’on soit à l’écoute l’un de l’autre. Le but c’est vraiment de créer et de promouvoir l’écoute » fait savoir M. Sawadogo.

Pour Marie Barraco, déléguée générale de «Série Series» fontainebleau, par ailleurs organisatrice de «Série Series Ouaga» compte aider cette manifestation à exister, à se structurer en terme de programme de réseau international et de communication avec l’équipe locale. 

Le promoteur souhaiterait que le festival «Série Series Ouagadougou» soit un festival annuel. «Nous voulons que Série Series soit un festival qui s’organise l’année après le festival ce qui permettrait de commencer un débat maintenant et de le continuer pendant le Fespaco et en même temps préparer la prochaine édition. Du coup, officieusement, le festival panafricain devient annuel. Donc, on aura une année de cinéma et une année de séries. Cela nous permettra de travailler en continuité» a conclu le promoteur.

Durant ces trois jours de festival, les organisateurs espèrent trouver des solutions en rapport avec la  problématique de la formation, de financement et de structuration en dialoguant avec les experts et les professionnels venus d’Europe.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé