Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)
Togo: le président Faure Gnassingbé investi candidat par son parti pour la présidentielle du 22 février 2020
Irak: «Plus d'une douzaine de missiles» ont été tirés par l'Iran contre deux bases utilisées par l'armée américaine (Pentagone)

CULTURE

Du 27 février au 1er mars prochain, se tiendra dans la capitale burkinabè le festival panafricain de la série de Ouagadougou dénommé «Série Series». A la veille de la cérémonie d’ouverture de ce festival panafricain dédié aux séries, le comité d’organisation a animé un point de presse ce lundi 26 février 2018 à Ouagadougou. L’objectif était de faire le point en présence des partenaires venus d’Europe pour apporter leurs expériences au festival.

Le programme de ce festival consistera principalement à la présentation de séries panafricaines, à des séances de décryptage ou des études de cas, des ateliers de formations avec des professionnels venus d’Afrique et d’Europe, et des séminaires notamment le séminaire sur le droit d’auteur. Tel est le déroulé de ces 72 heures de séries.

Selon le promoteur, Issaka Sawadogo, ces trois jours sont très peu pour tout aborder. Mais, dit-il, «Nous allons donner le meilleur de nous-même pour pourvoir entamer et planter les graines pour un avenir meilleur». Il précise que le but de ce festival est de permettre aux partenaires qui ont beaucoup d’expérience de partager leurs expériences avec les acteurs burkinabè mais aussi d’apprendre  auprès d’eux. «Nous recherchons une certaine collaboration. Il faut qu’on soit à l’écoute l’un de l’autre. Le but c’est vraiment de créer et de promouvoir l’écoute » fait savoir M. Sawadogo.

Pour Marie Barraco, déléguée générale de «Série Series» fontainebleau, par ailleurs organisatrice de «Série Series Ouaga» compte aider cette manifestation à exister, à se structurer en terme de programme de réseau international et de communication avec l’équipe locale. 

Le promoteur souhaiterait que le festival «Série Series Ouagadougou» soit un festival annuel. «Nous voulons que Série Series soit un festival qui s’organise l’année après le festival ce qui permettrait de commencer un débat maintenant et de le continuer pendant le Fespaco et en même temps préparer la prochaine édition. Du coup, officieusement, le festival panafricain devient annuel. Donc, on aura une année de cinéma et une année de séries. Cela nous permettra de travailler en continuité» a conclu le promoteur.

Durant ces trois jours de festival, les organisateurs espèrent trouver des solutions en rapport avec la  problématique de la formation, de financement et de structuration en dialoguant avec les experts et les professionnels venus d’Europe.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé