Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans revendique l'attaque contre le camp de la Minusma et de Barkhane
Asie: la Corée du Nord annonce la fin de ses essais nucléaires et balistiques (RFI)
Ouagadougou: 6 morts dans une bousculade à l'issue d'un prêche d'un prédicateur musulman
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018

CULTURE

Nommé par décret présidentiel le 31 janvier dernier, Abdoul Karim Sango, a été installé ce lundi 5 février 2018 à la tête du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme. Il remplace ainsi, Issouf Sawadogo qui aura passé un trimestre à la tête de ce département ministériel.

C’est certainement la passation de charge qui aura retenu le plus d’attention dans le milieu de la culture ce lundi. En effet, le ministre sortant, Issouf Sawadogo, n’aura passé que trois mois et un jour à la tête de ce département ministériel. Son successeur, lui, démissionnait en janvier 2016 du Parti pour la renaissance nationale (Paren) dont il a été le secrétaire aux Affaires politiques et porte-parole. Abdoul Karim Sango expliquait sa démission du parti, par décision des responsables de faire du Paren un parti de la mouvance présidentielle à travers le groupe parlementaire Burkindlim.

«Les justifications données pour expliquer ce choix de positionnement du parti vont à l'encontre de l'esprit et de la réalité de mon engagement politique», écrivait-il alors au président du Paren. Ce poste ministériel qui semble réservé au Paren a-t-il été retiré à ce parti ou c’est au nom de ce même parti politique qu’Abdoul Karim Sango fait son entrée au gouvernement Paul Kaba Thiéba III et quelles sont les nouvelles orientations de ce ministère ? Autant de curiosités que les uns et les autres voulaient satisfaire.

Sur les raisons de son entrée au gouvernement, Abdoul Karim Sango a simplement renvoyé les journalistes aux calendes grecques. «Nous aurons l’occasion de nous expliquer sur cela plus tard. Permettez-moi de me concentrer sur les missions que le chef de l’Etat et le chef du gouvernement m’ont confié», a laissé entendre le nouveau ministre. Abdoul Karim Sango vient-il alors en sapeur-pompier ? Sur la question, le juriste estime qu’il vient apporter sa modeste contribution à la construction de l’édifice nationale : «Je viens ajouter de la terre à la terre.»

Aux travailleurs du MCAT, Abdoul Karim Sango demande d’être animés par l’intérêt général. «C’est la seule façon de permettre au Programme national pour le développement économique et social d’être une solution aux problèmes des populations. Il est encore tôt de donner de nouvelles orientations. Mais le fonctionnaire qui fera très bien son travail peut être sûr de mon amitié. A contrario, celui qui ne fera pas très bien son travail ne sera pas mon ami», a conclu le ministre Sango.

Après trois mois passé à la tête du MCAT, Issou Sawadogo dit avoir bien accompli sa mission. Le ministre sortant dit ne pas être surpris par son départ de ce ministère à cause des malentendus entre lui et le président du Paren, Laurent Bado. «Il y avait des malentendus entre Laurent Bado et moi sur la façon dont il fallait diriger le MCAT mais je préfère ne pas déverser cela sur la place publique», a ajouté M. Sawadogo.

Au nom du personnel du MCAT, Esther Nacro a remercié le ministre sortant pour sa franche collaboration et a invité l’entrant à faire autant. Un présent a été remis par les travailleurs à Issouf Sawadogo en signe de reconnaissance. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé