Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Après plusieurs années aux côtés de son oncle Bil Aka Kora, l’artiste musicienne Ka Cora sort son premier album. Intitulé «Anou Wooro»  « l’ombre de ma mère » en Français, cet album se veut le début de la carrière artistique de Reine Ka Cora Alobou à l’état civil. La dédicace de l’album a eu lieu dans la soirée du jeudi 25 janvier 2018 à Ouagadougou.

Cet album, selon l’artiste, est un voyage dans l’univers de la culture kassena à travers la promotion du djongo. Un bijou sonore de 7 titres chantés en Kassena, Français, Anglais et Mooré qui fait appel à des instruments traditionnels comme le Bendré et la flûte traditionnelle. «Anou wooro a pour thématique principale l’enracinement aux valeurs culturelles avec des sous thèmes qui parlent de l’union, la promotion de notre identité culturelle et Dieu» dit-elle.

Dans cet album de 7 titres, Ka Cora prône le pardon, la tolérance, l’entraide et l’amour. Pour Ka Cora, les mauvaises nouvelles prennent l’avion et la vérité arrive en retard. D’où le titre «Avion» dans lequel l’artiste invite les uns et les autres à éviter les commérages. 

A travers le titre « Hommage à Djata » l’artiste entend rendre hommage à sa tante Djata disparue il y a quelques années dans un accident de circulation. «Djata a impacté de nombreux artistes du Burkina. Elle constitue un repère pour les artistes kassena et, elle était une personne qui protégeait les personnes vulnérables. Voilà pourquoi j’ai décidé de rendre hommage à ce modèle», a avancé l’artiste.

Dans la chanson « Adjikoga » qui signifie «j’ai leur soutien», Ka Cora estime que les fans constituent un soutien inestimable dans la carrière d’un artiste. De ce fait, elle rend un hommage à ses fans et à ceux de Djata Ilébou qui voient en elle une héritière. Dans «Galagala» ou encore «mes origines», l’artiste entend vulgariser la musique burkinabè au-delà des frontières.

Ka Cora dit merci à Dieu pour toutes ses grâces dans sa vie à travers «Wend kouni». Aussi dans cet opus, on y trouve des titres comme «Unity», «Ambol sono» ou «mon préféré» chanté en featuring avec Dicko Fils. Selon elle, l’amour doit triompher sur les considérations religieuses, ethniques, politiques etc. 

Native de la province du Nahouri dans la cité de Pô, «Princesse Alobou», institutrice de son état, pose la voix pour la première fois dans un featuring avec Dicko Fils en juin 2016. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé