Aujourd'hui,
URGENT
HCR: le Burkina Faso accueille à ce jour près de 34.000 réfugiés dont 56% d'enfants.
Présidence : les rois de différentes localités reçus en audience le mardi 20 juin par Roch Kaboré.
Mali: une trentaine de morts dans des violences entre Peuls et Dogons dans le centre du pays.
Auto-emploi : le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes, crédité d'une enveloppe de 16,5 milliards de FCFA.
Auto-emploi : les jeunes et les femmes burkinabè invités à soumettre leurs demandes de financement dès le 26 juin.
Algérie: un père écope de 2 ans de prison ferme pour avoir suspendu son bébé dans le vide afin d’obtenir des «like» sur Facebook.
Ramadan: 462 infrastructures marchandes de Ouagadougou ont été contrôlées par le ministère du Commerce.
ONU : Zéphirin Diabré participe aux travaux de la 35ème session du Conseil des Droits de l'Homme actuellement à Genève, Suisse.
Centrafrique : accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les Casques bleus congolais chassés de la Minusca.
Bac 2017: le doyen des candidats, Amadou Gazambé, 58 ans, passe l'examen pour la 11ème fois.

CULTURE

L’artiste musicienne Wedra signe son grand retour sur la scène musicale avec un nouvel album. L’opus de huit titres a été présenté à la presse le 30 novembre 2016 au jardin de la musique le Remdoogo de Ouagadougou.

 

 

Après cinq années passées au laboratoire de la musique, Wedra revient sur la scène musicale avec « Wend maana néré ». L’artiste avait observé une pause pour « organiser sa carrière musicale et sa vie familiale », confie-elle. Des années durant lesquelles elle se forme en technique vocale, en gospel, en piano et guitare. Toute chose qui redonne une nouvelle orientation à son style musicale. Désormais, Wedra compte valoriser la musique du terroir.

« Je n’oublie jamais d’où je viens. Je suis Yadga du Yatenga donc je mets en valeur le Liwaga pour le plaisir et le bonheur de mes fans », explique l’artiste avec fierté. Avec ce nouvel album, Wedra compte conquérir les grandes scènes internationales. Afin de donner une coloration assez particulière à ce nouveau bébé, Wedra s’est offerte les services de deux arrangeurs à savoir Kévinson et Prince Edourd Ouédraogo.

« Wend maana néré » est un savant dosage de sonorité traditionnelle et urbaine. Dieu aurait pu être son nom de baptême et les mélomanes n’auraient trouvé à redire, tant son nom est omniprésent dans les compositions de l’artiste. L’amour, le succès, l’espoir, la chance sont autant de thèmes abordés par Wedra dans cet opus.

« Coller serré », « Duuny là woto », « Enfants de la rue », « Espoir », « Djougouya », « Zounongo », « Viens danser » sont entre autres titres de cet album. Le titre éponyme qui a donné son nom à l’album « Wen maana néré » qui signifie « Dieu a fait grâce », parle du mariage qui selon l’artiste, reste sacré et « toutes femmes méritent de connaitre le jour de son mariage ».

Abel Azonhandé  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir