Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

CULTURE

Outiller les musiciens traditionnels, afin de leur permettre de s’adapter et suivre le rythme du monde, en proposant des contenus musicaux traditionnels actualisés. Telle est l’ambition affichée par la structure « La cour du Naaba », pilotée par l’artiste musicien Alif Naaba, à travers la tenue d’une formation artistique, autour du thème « Musique traditionnelle et nouvelles technologies ». 

Durant quatre jours, onze musiciens traditionnels, dont une femme ont assimilé les enseignements transmis par le formateur Adama Dembélé (arrangeur, auteur-compositeur…). Cette séance de formation a pris fin ce lundi 22 janvier 2018, par la remise d’attestation aux participants.

C’est la résidence artistique « Paongo », abritant les locaux de « La cour du Naaba », à Ouagadougou, qui a servi de cadre pour cette formation à l’endroit de musiciens traditionnels. Ainsi, du 18 au 22 janvier 2018, ce sont instrumentistes traditionnels jouant au N’goni, kundé, etc. qui ont pris leur quartier au siège de « La cour du Naaba », pour parfaire leurs connaissances et surtout s’adapter à l’ère de la technologie.   

Pour Alif Naaba, administrateur de cet espace et porteur dudit projet, il est difficile de comprendre « que les musiciens traditionnels, surtout les instrumentistes sont vus en seconde zone, (…) alors qu’ils ont une dextérité incroyable ». Par ailleurs, si ces derniers ne sont approchés par les artistes modernes, c’est en partie dû au fait « qu’ils ont des problèmes d’adaptation sur les gammes, sur les accords et autres », fait remarquer « le prince aux pieds nus ».  

Toutefois, au regard des exigences du moment, il fallait organiser un atelier à leur endroit, afin de leur inculquer le langage d’accordage afin d’être au diapason de tout ce qui pourrait se lier aussi bien à la musique traditionnelle que celle moderne. En clair, il s’agissait à travers cette rencontre de les outiller pour que ces apprenants parviennent à faire la fusion entre ces deux mondes.

De façon pratique, il a été question selon le formateur de développer une approche sur les instruments traditionnels, qui sont à la base de toute sorte de musique. « Nous avons au cours de la formation travailler sur différentes thématiques, que sont l’accordage de leur instrument sans modifier quoi que ce soit. Mais également sur la lecture des rythmes, l’harmonisation, le temps, le tempo, les nuances » a fait savoir Adama Dembélé.  

A l’issue de cette formation, tout laisse à croire que les leçons reçues permettront à ces instrumentistes traditionnels d’impacter la musique burkinabè. C’est tout heureux que ces derniers ont reçu leurs attestations de participation. « On retient plein de choses. On a vu des choses qu’on connaissait avant mais avec un plus. On a compris que la musique n’est pas seulement que le groove mais qu’elle a des classes. En somme, c’est un message et une connaissance qui nous ont été transmis et qu’on entend transmettre à ceux qui n’ont pas eu la chance d’être avec nous durant cet atelier » a fait savoir Moussa Traoré, dit « Lagadeni Traoré », joueur de N’goni.

Par ailleurs, ce programme a bénéficié de l’appui financier du Fonds de développement culturel et touristique. Selon Issa Barry, représentant la structure, le financement et l’accompagnement d’une telle initiative s’explique par sa pertinence, au regard de son intérêt pour le développement de la culture. « C’est un projet structurant. Dans ce sens, qu’il s’agit de former des gens généralement de l’ombre, qui accompagnent les musiciens. Et notre intérêt c’est de voir ces derniers évoluer dans de grands orchestres et surtout de vivre de leur art» a-t-il laissé entendre.  

Selon Alif Naaba, cette opération s’inscrit en droite ligne avec les ambitions visées par sa structure. D’autres formations de ce genre et touchant tous les maillons de la chaîne artistique auront lieu dans les semaines et mois à venir. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé