Aujourd'hui,
URGENT
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects

CULTURE

La 6ème édition du Festival international de danse de Ouagadougou (Fido) se tiendra du 27 janvier au 3 février prochain dans la capitale burkinabè sous le thème «Danse et résistance». Les organisateurs de ce festival ont rencontré la presse ce vendredi 19 janvier 2018 pour annoncer les couleurs de cette 6ème édition.

Le choix du thème «Danse et résistance», selon la présidente du comité d’organisation, Irène Tassembédo, est lié à la situation de son école (Ecole de danse Irène Tassembédo) obligée de quitter son local l’an dernier. Pour elle, la danse contribue à la diffusion et au brassage des expressions culturelles.

Puis, ajoute la directrice artistique du Festival, «elle permet de transmettre des messages et intervient dans le champ social en participant à toutes les luttes émancipatrices. Compte tenu de cela, nous avons le devoir de résister contre tous les aléas. La danse ne doit pas mourir car, elle doit continuer à vivre sur le fil de la transmission intergénérationnelle.»

Au programme, il y aura des spectacles de danse à l’Institut français et au Cenasa tous les soirs à 20 heures 30 pour un prix d’entrée unique de 1 000F CFA, des plateaux-découvertes pour les jeunes artistes, des stages de danse ouvert aux professionnels et amateurs.

Aussi, un café-concert tous les soirs au village du festival à la maison des Jeunes de Larlé et des activités à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco), au grand marché Rood-woko et dans certains établissements scolaires.

Cette année, une vingtaine de compagnies venant d’Europe, d’Afrique et d’Asie dont le Burkina Faso, la France, l’Espagne, l’Italie, la Corée du Sud, le Bénin, le Mali, la Tanzanie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la République Tchèque et le Togo vont animer ce festival.

A noter que le spectacle d’ouverture «Gold» dans une chorégraphie de Irène Tassembédo se tiendra le samedi 27 janvier à partir de 20 heures à l’Institut français.

Cette 6ème édition est placée sous le patronage du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine Sori-Coulibaly, et du parrainage de Christophe Marquis, directeur de l’Echangeur CDCN Hauts de France.

De par son caractère multiculturel, son souci de faire vivre les patrimoines africains et son inscription dans le présent, le Fido entend promouvoir une danse d’expression plurielle, développer un espace de rencontre, de création de partage et de métissage des cultures entre autres.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé