Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

CULTURE

Après plusieurs années aux côtés de son oncle Bil Aka Kora, l’artiste musicienne Ka Cora sort son premier album. Intitulé «Anou Wooro» ou encore dans l’ombre de ma mère, cet album se veut le déclic de la carrière artistique de Reine Kakora Alobou à l’état civile.

C’est en juin 2016 qu’elle pose la voix pour la première fois dans un featuring avec Dicko Fils. Pourtant, Reine Alobou n’est pas une novice de la musique. D’abord avec sa tante feue Djata et ensuite, avec son oncle Bil Aka Kora aux côtés de qui, elle affute ses armes. C’est d’ailleurs ce que l’artiste exprime à travers le titre «Hommage à Djata». Par cette chanson, Ka Cora entend rendre hommage à sa tante Djata disparu il y a quelques années dans un accident de circulation.

En dépit de son bagage intellectuel et de ses études en anglais, Ka Cora n’entend pas oublier ses origines. «La charité bien ordonnée commence par soit même et comme la musique est un long voyage, je commence d’abord par mon Nahouri natal avant d’envisager chanter dans d’autres langues et faire d’autres rythmes», clame-t-elle. En effet, Ka Cora chante en Kassena, en français et en anglais.

Dans cet album de 7 titres, Ka Cora prône le pardon, la tolérance, l’entraide et l’amour. Il a été arrangé par Kevinson Laly et Christ Konan N’guessan. Pour Ka Cora, les mauvaises nouvelles sont dans l’avion. «Les mauvaises nouvelles vont plus vite que les bonnes», dit-elle. D’où le titre «Avion» dans lequel l’artiste invite les uns et les autres à éviter les commérages. Dans cet opus, on y trouve des titres comme «Adjikoga», «Galagala», «Unity», «Wend kouni», «Ambol sono», chanté en featuring avec Dicko Fils.

Déjà sur le marché discographique, «Anou Wooro» sera présenté au public le 25 janvier prochain. En attendant, les mélomanes de la bonne musique sont invités à consommer sans modération cet opus dans lequel Ka Cora fait surfer avec sa voix suave sur les mélodies du bindré et de la flûte.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé