Aujourd'hui,
URGENT
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)
Burkina: l'abbé Théophile Naré nommé nouvel évêque du diocèse de Kaya par le Pape François ce 7 décembre 2018 (Officiel) 
Tchad: huit ans de prison pour l’ex-chef rebelle tchadien Baba Laddé
France: les hausses de taxe sur les carburants «annulées pour l'année 2019»
Vatican: le pape François se rendra aux Emirats arabes unis en février 2019 où il participera à une rencontre inter-religieuse
G5 Sahel: plus de 1 300 milliards de F CFA (2 milliards d'euros) mobilisés pour le financement du programme d’investissements prioritaires

CULTURE

Les 23 élèves de la deuxième promotion du projet de formation artistique pluridisciplinaire, Yeelen Don,  ont reçu ce samedi 16 décembre 2017 à Ouagadougou leur certificat de fin de formation. Après trois années de formation au Centre de développement chorégraphique (CDC) la termitière, ces jeunes sont désormais aptes à servir professionnellement le monde culturel burkinabè et africain. Les élus du jour ont choisi comme nom de baptême « Souleymane Porgo, pour sa rigueur et sa vision multiple de l’art ». 

Plusieurs activités ont jalonné cette deuxième sortie de promotion du projet initié depuis 2009. Les 23 élèves ont organisé à cet effet, plusieurs activités du 13 au 16 décembre 2017. Pour cette cérémonie de remise de certificat qui a connu la présence du secrétaire général du ministère en charge de la Culture, des arts et du Tourisme, les impétrants ont offert au public la reprise du spectacle « poussière de sang » des chorégraphes Salia Sanou et Seydou Boro.

Après une trentaine de minutes de spectacle, ils ont reçu leur parchemin des mains des personnalités présentes. Massata Koné, l’une des élèves, a exprimé toute sa joie d’aboutir à la fin de cycle.

« Une fois que j’ai le diplôme, je peux me servir de cela pour travailler professionnellement, participer à des stages, donner des cours de danse. Avec ce parchemin, je peux faire beaucoup de choses car à la formation, on a eu  apprendre plusieurs éléments issus des arts comme le théâtre, la musique, la danse traditionnelle, la danse classique, etc. Ce diplôme représente en fait mon avenir dans ce milieu » a-t-elle fait savoir.

En effet, depuis janvier 2015 (date de rentrée de la présente promotion), les 23 jeunes ont été formés à diverses disciplines telles la danse, le chant, le théâtre, la culture chorégraphique, l’éducation culturelle et la scénographie. Selon la direction artistique du CDC, la termitière, «outre les sorties exploratoires, ces élèves se sont aussi confrontés à la scène a travers les restitutions publiques et les spectacles d’ouverture et de la clôture d’événements majeurs comme le Fespaco».

Pour Salia Sanou, directeur artistique du CDC, cette promotion est très spéciale car elle a eu à bénéficier des conseils de la première promotion et des professionnels du domaine venus de la France, du Sénégal, de l’Afrique du Sud, des Etats-Unis et du Burkina Faso.

« En matière de contenu artistique, ils ont bénéficié d’une connaissance large de gens d’horizons divers (…) Cette promotion est spéciale  car elle met surtout le curseur à un autre niveau. Maintenant avec cette deuxième promotion, nous avons un savoir-faire qui s’installe et nous espérons qu’avec la troisième promotion qui est en recrutement, la barre va se mettre de plus en plus haute » a fait savoir Salia Sanou qui a aussi apprécié la reprise du spectacle qu’il a co-créé avec Seydou Boro il y a dix ans de cela.

Le secrétaire général du ministère en charge de la Culture, Jean Paul Koudougou représentant le ministre, a félicité les jeunes danseurs tout en les souhaitant pleins de succès dans leur carrière. Il a formulé le vœu que les connaissances acquises par ces derniers puissent être partagées à tous sans exceptions car cela va revitaliser le secteur culturel burkinabè.

Notons que le projet, Yeelen Don (danser la lumière ou se mettre en lumière par la danse en dioula) est un projet de formation artistique pluridisciplinaire qui a été porté sur les fonts baptismaux en 2009. Il a pour objectif de former des jeunes de profils variés, de les accompagner à la maitrise et à la compréhension de leur art et de leur ouvrir la voie aux métiers de la danse.    

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir