Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

Photo de famille des lauréats avec les officiels

CULTURE

Le film «Thom» du réalisateur burkinabè Tasséré Tahirou Ouédraogo a été sacré meilleur film de fiction long métrage à Toukountchi festival de cinéma du Niger. La 2e édition de ce festival s’est tenue du 6 au 9 décembre 2017 à Niamey par l’Association nigérienne des ciné-clubs et critiques de cinéma(ANCCCC).

 

Depuis ses débuts au cinéma, en 2000, avec son court-métrage «Le chauffeur du député», Tahirou Tasséré Ouedraogo n’arrête plus d’enrichir le 7e art burkinabè à coups de réalisations. L’essentiel des productions du cinéaste aborde les thématiques liées aux problèmes sociaux. Egalement habitué des scènes des différents festivals, le responsable de Bila Production (sa structure de production) a remporté le Poulain d’or au Fespaco 2005 avec son court métrage «L’autre mal». Cette année, il revient avec «Thom», qui vient d’être sacré meilleur film de fiction long métrage à la 2è édition de Toukountchi festival de cinéma du Niger.

Le film en question

Thom, 20 ans, est le fils ainé d’un riche industriel. Etudiant, il est en voie d’obtenir son diplôme et de prendre la tête de l’entreprise familiale. Mais à l’insu de ses parents, il s’est inscrit au concours d’une école de gastronomie à Paris. Craignant de décevoir son père, Thom lui a toujours caché son projet. Dilemme quand un courrier lui apprend que sa candidature a été retenue. Pour fêter la nouvelle, il part avec son ami Martin au Dream's, une boite de nuit du ghetto. Il y fait la rencontre de Jones, jeune prostituée de luxe qui, comme lui, rêve d’un ailleurs: une carrière dans la danse, expérience qu’elle a déjà vécue en France et qui l’a obligée à s’endetter auprès d’Eric, un mafieux local. Leurs destins se croisent, quelques jours, le temps de tomber amoureux et de remettre leurs certitudes en question. Ils rêvent de partir ensemble, mais c’était sans compter avec les obstacles qui allaient se dresser sur leur chemin…

Les lauréats burkinabè

Prix du meilleur film de fiction long métrage : Thom de Tahirou Tasséré Ouédraogo (Burkina Faso)

Les autres films burkinabè primés
. Prix de la meilleure sitcom court et moyen métrage : Au-delà des mots d’Issa Saga (Burkina Faso)
• Fiction : Pater-Noster  de Barth Lambert-Oubda   (Burkina Faso/  Institut Imagine)

Palmarès Toukountchi festival de cinéma du Niger 2017

Catégorie Documentaire
•Prix du Meilleur documentaire : Xwlakô, trésor  d’un sol de Gildas Dossou  (Bénin).
Mention spéciale du jury : Nos faiseurs de bonheur de KadriKoda  (Niger)

Catégorie Films des écoles
• Fiction : Pater-Noster  de Barth Lambert-Oubda   (Burkina Faso/  Institut Imagine)
• Documentaire : Une route périlleuse de  Safiatou Hassane (Niger/ IFTIC)

Catégorie  Fiction et séries télévisuelles

Prix de la meilleure sitcom court et moyen métrage : Au-delà des mots d’Issa Saga (Burkina Faso)
Prix du meilleur film de fiction long métrage : Thom de TahirouTasséré Ouédraogo (Burkina Faso)
Prix de la meilleure série télévisuelle : Chronique d’une famille d’ Abdoul Rachil Maïga (Niger)
Prix de la meilleure interprétation féminine : Inaissa Traoré (Mali), dans Mouna né (Pourquoi moi ?) de Dicko Traoré
Prix de la meilleure interprétation masculine : Serge Clément Anatovi (Niger), dans Cause perdue de Serge Clément Anatovi
Prix du meilleur scénario : Pile à l’heure de Mariam Moumboua (Côte d’Ivoire)

(Source : Toukountchi festival)



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé