Aujourd'hui,

Le festival « Nuits atypiques de Koudougou » a vécu. Placée sous le thème : « Culture et révolution numérique : perspectives pour les jeunes », cette édition 2016 des NAK a été un succès au regard de l’ambiance, des activités et le monde que le festival aura drainé dans la ville du « cavalier rouge ».

 

Le festival Nuits atypiques de Koudougou qui se veut un cadre international de rencontres et de partages de toutes les formes d’expressions, a une fois de plus, mis la ville de Koudougou quatre jours durant, sous les projecteurs. Parmi les spectacles qui auront retenu l’attention des festivaliers, celle de l’humoriste Gérard Ouédraogo alias « Son Excellence ».

Avec des paroles bien choisies dans un humour aussi instructif qu’on lui reconnait, Gérard Ouédraogo, grand imitateur de l’ancien président Blaise Compaoré, a enflammé la salle de spectacle du Théâtre populaire (TP) de Koudougou par sa prestation le 3 décembre dernier au NAK 2016. Pour l’occasion, Son Excellence use de son pouvoir humoristique pour mettre le doigt sur les plaies de la piraterie des œuvres artistiques et quelques maux qui minent la société burkinabè.

« Waou quel spectacle! Je me suis bien amusé et ce n’est pas le rire qui m’a manqué ce soir. Je ne peux pas m’empêcher de dire merci aux organisateurs », lance un spectateur sans se rendre compte qu’il parlait ainsi au journaliste que je suis. Programmé au même titre que le groupe de zouglou ivoirien les Leaders, Imilo le chanceux, Philomène Nanema, « Son Excellence » a simplement assuré sur les regards de Walib Bara, directeur général du Bureau burkinabè des droits d’auteur, Zêdess, DG du Cenasa, Koudbi Koala, promoteur des NAK et bien d’autres invités de marque. Sous les applaudissements bien nourris des spectateurs, l’artiste fait sa sortie sur scène avec une invite au respect de la chose public et à la protection des œuvres d’esprit.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Au regard de la recrudescence des débrayages et menaces de grève, il faut vite conclure une trêve sociale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé