Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

CULTURE

Le Syndicat national des artistes musiciens du Burkina Faso (Synamub) était face aux journalistes ce vendredi 21 octobre 2016 à Ouagadougou. L’objectif était de faire part des conditions de vie des artistes et de plaider pour le rayonnement de la musique burkinabè.

 

Des artistes musiciens burkinabè disent vivre des conditions de précarité conduisant à une « clochardisation » sans précédent. C’est du moins ce qui est ressorti des propos de la conférence de presse du Synamub.  Selon les conférenciers, d’énormes difficultés minent leur bon épanouissement. Il s’agit, selon Abdoul Kader Ouattara, secrétaire général du Synamub, du manque d’une politique claire de promotion et de développement de l’art musical dans l’optique de permettre aux artistes de vivre de leur art, de la gestion opaque des cérémonies organisées par l’Etat ou ses démembrements.

« Ce sont la plupart du temps les mêmes clans qui se pavanent à toutes ces cérémonies organisées  par l’Etat sans qu’aucun autre artiste ne puisse y être invité en dehors de leur cercle », a expliqué M. Ouattara. Il relève aussi «l’incapacité à recouvrir convenablement les droits d’auteurs  des radios, chaines de télévisions». « A cela s’ajoute le manque de transparence dans la redistribution aux artistes par le Bureau burkinabè des droits d’auteur sans oublier les reports dans  le paiement de droit des artistes sous le prétexte de manque de fonds», fait remarquer le SG/Synamub.

De l’amélioration des conditions socioéconomiques des artistes musiciens du Burkina, le syndicat réclame entre autres, une dotation de toutes les radios et télévisions d’un logiciel unique de comptabilisation des artistes joués, l’exigence du paiement des droits par tous les médias, une fixation d’un tarif minimal pour le « play-back » pour un podium étatique à 200.000 FCFA et 500.000 FCFA pour le « live ».

Il exige aussi une transparence dans la sélection des artistes aux différentes manifestations organisées et dans la gestion des fonds alloués aux artistes par l’Etat. D’autre part, le Synamub veut une formation à l’endroit des artistes musiciens burkinabè pour l’amélioration de la qualité de leurs productions.

Face à cette situation qui affecte les artistes musiciens et leurs œuvres, le Synamub interpelle les autorités politiques à se pencher immédiatement sur la situation de l’artiste et, l’opinion publique à apporter son soutien aux artistes dans leur lutte pour le rayonnement de la musique burkinabè.

IS/AA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé