Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

CULTURE

Du 4 au 8 janvier 2018, se tiendra à Ouagadougou la 3e édition du «Soko Festival». Cette information a été rendue publique le samedi 7 octobre 2017, au cours d’une conférence de presse du côté de l’Institut Français de Ouagadougou. Ce fut également l’occasion pour le comité d’organisation de mettre en lumière les différentes articulations qui marqueront ce rendez-vous 3 de cet évènement culturel.


Aux dires du directeur du festival, Ibrahim Kéita, «Sokp festival permettra d’imprimer une dimension culturelle dynamique à la politique d’intégration». C’est sans doute cette ambition qui a conduit le comité d’organisation à opter pour «L’intégration par la culture», comme thème de cette 3e édition.

Aussi, Ibrahim Keita et son comité ont à cœur de réunir des acteurs de différents domaines culturels, afin d’organiser des spectacles dans le souci de leur permettre de mettre en exergue leurs talents. Ainsi, cette cinquantaine d’artistes attendus auront à s’exprimer du 4 au 8 janvier 2018, dans quatre lieux qui abriteront les spectacles. Il s’agit de l’Institut Burkinabè, l’Institut Français, l’espace culturel Le Petit Bazar et l’espace aéré faisant face au Cenasa.  

«Soko Festival» ou encore «Retour à la source» (en langue Bambara), entend renforcer les liens culturels inter Etats. C’est dans cet élan qu’un partenariat a été noué avec la ville française de Belfort, à travers le Festival internationale de musiques universitaires (FIMU). Pour le premier responsable de cette ville, Damien Melsot, «ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la consolidation des liens existants  entre la ville de Belfort et deux villes du Burkina Faso que sont Tanghin-Dassouri et Komki Ipala, depuis 35 ans». Ce partenariat dont il est question ici dans le cadre du festival, sera une aubaine pour certains artistes de participer au prochain FIMU.

Par ailleurs, au-delà de l’aspect culturel, le volet social ne sera pas du reste. En effet, il est prévu la mise en place d’un programme de sensibilisation du public en partenariat avec des associations des artistes et artisans contre le VIH/SIDA et les stupéfiants. En outre, le comité d’organisation entend au soir des festivités, produire un album live avec un titre que chacun des artistes aura présenté sur l’une des scènes du festival.

C’est animé de la ferme volonté de promouvoir la diversité culturelle et musicale existante entre les différents peuples du monde que «Soko Festival» a  vu le jour en 2015. Pour ce qui est de l’acte 3 dudit festival, il est placé sous le parrainage de l’artiste malien Habib Koité. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé