Aujourd'hui,
URGENT
Migrations: les migrations africaines vers l'Europe en recul depuis 3 ans selon l'OCDE
Burkina: 5 soldats tués dans une embuscade à Toéni dans la province du Sourou (Boucle du Mouhoun)
Tunisie: l’ancien président en exil Ben Ali est mort à 83 ans en Arabie Saoudite
Burkina: «Plus de 46 000 enfants non scolarisés ont été enregistrés au niveau des déplacés internes » (Stanislas Ouaro)
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés

CULTURE

Le Club littéraire du complexe scolaire Aurore a organisé le jeudi 11 mai 2017 au sein dudit établissement la cérémonie de remise de prix de la 5ème édition du concours littéraire «les 8ème  Merveilles». C’est  Igor Bamogo, élève en classe du terminale D du lycée Le Messager qui est arrivé en tête avec une note de 144,25/160 contre son adversaire Awouto Samsom, élève en classe de second C du complexe scolaire Aurore avec une note de 131,50/160.


Ce concours a connu deux phases, dont la phase écrite qui a enregistré 36 productions. Le sujet des prix principaux portait sur le résumé du roman «Le parachutage» de Norbert Zongo. Quant au sujet du prix spécial féminin, il portait sur la biographie de l’écrivaine afro-américaine Maya Angelou. Pour ces deux catégories de prix, il était essentiellement demandé aux candidats de proposer les expressions françaises convenables, lesquelles expressions devaient être expliquées et justifiées.

Quant à la phase oratoire, axée sur «l’apport des lettres à un monde humanisé: cas des écrivains du siècle des Lumières», qui a opposé les deux finalistes, avait comme critères l’occupation scénique, la maitrise du texte et le verbe. Igor Bamogo, lauréat de ce concours, s’est penché sur l’expression «coiffer la Sainte Catherine» qui, de l’explication du lauréat, est «une expression utilisée pour désigner une femme arrivée à l’âge de vingt-cinq ans tout en n’étant pas mariée».

Le deuxième lauréat du concours, Awouto Samsom, lui s’est intéressé à l’expression «brûler ses vaisseaux» qui signifie selon lui «accomplir un acte après lequel tout recul ou tout revirement est impossible. Elle veut aussi dire s’engager dans une entreprise ou prendre une décision en s’interdisant de revenir en arrière».

A écouter le promoteur Adama Kaboré, le concours «les 8ème Merveilles» est né du constat de la méconnaissance du contenu des œuvres littéraires par les enfants. «Le second constat est que beaucoup de nos contemporains utilisent les expressions françaises dans des conditions pas vraiment convenable donc, ce concours permet de vulgariser à la fois le contenu des œuvres littéraires dans la phase écrite et celle orale», a expliqué le promoteur.

Les deux premiers des cinq finalistes de ce concours ont reçu chacun un dictionnaire, des œuvres littéraires, une tablette plus une enveloppe de 50 000 francs CFA pour le premier et 40 000 francs CFA pour le deuxième.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé