Aujourd'hui,
URGENT
USA : la dernière version du décret anti-immigration du président américain a été bloquée par la justice.
Développement : le président de la BAD assure que l’Afrique détient la clé pour nourrir 9 milliards de personnes d’ici à 2050. 
Education : le Conseil des ministres approuve le recrutement de 250 enseignants dans les domaines techniques et 400 conseillers techniques.
Santé: un projet de loi portant fonction publique hospitalière adopté en conseil des ministres.
Finances: les dépenses des collectivités territoriales en 2015 se chiffraient à 182 milliards de FCFA. 76 milliards de FCFA exécutés.
Finances: les recettes des collectivités territoriales en 2015 estimées à 181,32 milliards de FCFA. 62% mobilisés (Conseil des ministres).
Football: la saison 2017-2018 du «Fasofoot», championnat national, débute ce vendredi 20 octobre. 
Justice: le MBDHP appelle à une marche le 4 novembre 2017 pour réclamer le jugement des dossiers de l'insurrection et du putsch.
Kenya : une membre de la commission électorale démissionne, en accusant ses collègues de partialité.
Justice: la deuxième promotion de l’Ecole nationale de la Garde de sécurité pénitentiaire (119 éléments) a effectué sa sortie ce 17 octobre

CULTURE

Le Festival de Musique Afro Beat de Ouagadougou est un événement culturel qui vise la valorisation et la pérennisation des rythmes ancestraux du Burkina Faso et de l'Afrique de l'Ouest. Organisé par le Réseau Art Emergence, Le Festival d'Afro Beat de Ouagadougou est selon l'initiateur Jean-Marie Nabi dit Zopito, un espace d'échange et de rencontres musicales pour les musiciens du pays. La 5è édition qui s’est ouverte le mercredi 22 mars 2017 bat son plein avec la star de la musique malienne, Adja Fanta Diabaté.


La 5ème édition du Festival de Musique Afro Beat de Ouagadougou se tient du 22 au 27 Mars sur le plateau omnisports de Tampouy. L’innovation cette année, c’est le déploiement de scène  avec un chapiteau et un air de fête à travers une décoration particulière. Au plan intellectuel, des activités majeures marqueront cette édition. Notamment une rencontre professionnelle entre les experts du Bureau burkinabè des droits d’auteurs, les artistes musiciens et les tenanciers de maquis non seulement de la mobilisation des droits d’auteur au près des tenanciers de maquis mais aussi, de la redistribution des droits d’auteur aux artistes musiciens. En marge du festival, il y a eu aussi une séance de partage d’expériences entre l’artiste Frère Malckom et des jeunes artistes.  

Pour Wahabou Barra, directeur général du BBDA, «ce festival mérite une attention particulière en ce sens qu’il permet de mobiliser les jeunes de l’arrondissement N°3 et leur donne les outils pour décoder le monde de demain. Le volet des rencontres professionnelles où les thématiques sont débattues entre les professionnelles avec les acteurs de la filière musique est également à saluer. Il faudra donc aller vers des aides plus structurantes». Le BBDA selon Walib Barra entend donc voir comment accompagner l’initiative dans la mesure du possible.

Cette année, ce sont de milliers de festivaliers qui sont attendus sur le site avec une grande rue marchande, des concerts live d’artistes nationaux et internationaux, des animations podium et des formations en faveur des artistes et des administrateurs culturels.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Les députés démissionnaires du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) doivent purement et simplement rendre leur mandat et quitter le parti.

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé