Aujourd'hui,

CULTURE

Les rideaux de la biennale du cinéma africain se sont fermés ce samedi 4 mars 2017. Pour une cérémonie de clôture, c’est un palais des sports de Ouaga 2000, refusant du monde qui a accueilli cinéastes, public et autorités avec à sa tête, deux chefs d’Etats (pour la première fois), Roch Marc Kaboré du Burkina et Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire.


Cette 25è édition du Fespaco aura marqué plus d’un, notamment le président Alassane Ouattara. «C’est une organisation exceptionnelle au cours de laquelle, la Côte d’Ivoire s’est sentit particulièrement honorée», a déclaré le président ADO à la fin de la cérémonie.

De Cisby à Amety Meria en passant par Greg, Djénéba Seck, Marie Gayerie et le spectacle de danse de Seydou Boro, les différents artistes programmés pour cette cérémonie ont simplement assuré. Le tout couronné d’un cérémonial de remise de l’Etalon d’or du Yennenga digne d’un festival cinématographique de renommée internationale. En témoigne la mise en scène du flutiste qui vient inviter les deux chefs d’Etat à monter sur le tapis rouge pour remettre le trophée à Alain Gomis. Avec la garde présidentiel, la jeune «princesse » tenant le trophée, sourire aux lèvres et tenue d’apparat de guerrière, fait une entrée majestueuse sur le podium avec l’Etalon d’or tant convoité par les cinéastes.

C’est à juste titre que le président du Faso peut se réjouir de cette organisation et de féliciter tout le comité d’organisation à qui il tire son chapeau et promet l’engagement de tout son gouvernement pour le rayonnement du cinéma burkinabè et africain. La 25è édition du Fespaco s’achève ainsi en apothéose avec le sacre d’Alain Gomis. De commentaires des uns et des autres, «c’est le Burkina qui gagne». En attendant les bilans physiques et financiers, rendez-vous a été pris du 23 février au 2 mars 2019 pour la 26è édition qui coïncide avec le cinquantenaire du Fespaco.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir