Aujourd'hui,
URGENT
Togo: Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020
Burkina: quatre militaires et un policer tués dans deux attaques terroristes dans la région du Nord
Burkina: l'UNFPA commémore ses 50 ans sous le signe de l'élimination des mutilations génitales féminines 
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019

Promoteur de la marque Sorobis-USA, Issa Sorogo est styliste et créateur de mode. Il a débuté sa carrière dans la mode en tant que mannequin et chorégraphe sous la Révolution. Premier mannequin révélé au Burkina, il est également le premier à avoir reçu un prix dans ce domaine au Fespaco 1987 des mains de feu Thomas Sankara. Présent à Ouagadougou dans le cadre du cinquantenaire de la biennale, il s’est confié à Fasozine.

La mode, partie intégrante du cinéma était au rendez-vous de la 26ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco). En effet, l’agence Models and Events Agency (MEA) a bien relevé le défi de la promotion de la mode lors de ce cinquantenaire du Fespaco à travers un défilé de mode international le 1er mars dernier à Ouagadougou.

Au clap final de la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) tenu du 23 février au 2 mars 2019, l’Etalon d’argent est revenu au film Karma du réalisateur égyptien Khaled Youssef et l’Etalon de bronze  à  Fatwa, du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud. L’Etalon d’or est revenu au réalisateur rwandais Joël Karekezi avec son film «The of the jungle». A l’occasion, les trois cinéastes ont reçu l’accompagnement de l’Union européenne pour le doublage et le sous-titrage de leur film respectif, à hauteur de 100 millions de francs CFA.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a refermé ses rideaux ce samedi 2 mars 2019 au palais des sports de Ouaga 2000 en présence des chefs d’Etats burkinabè, rwandais (pays invité d’honneur), malien et de l’ancien président ghanéen Jerry John Rawlins. Pour une cérémonie qui se voulait grandiose à l’image de cette édition cinquantenaire qui marque la maturité de la biennale, bon nombre de spectateurs et téléspectateurs sont restés sur leur faim même si côté sécurité, le Burkina peut s’enorgueillir. 

Photo: Fespaco

Le Fespaco 2019  a refermé ses portes ce samedi 2 mars 2019 au Palais des sports de Ouagadougou avec la présence du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré et de ses homologues du Mali et du Rwanda, pays invité d’honneur.  C’est le film du cinéaste rwandais, Joël Karekezi «The Mercy of the jungle » (La miséricorde de la jungle, Ndlr) qui a décroché l’Etalon d’or de Yennenga, le sacre suprême du festival.

Tout comme les nombreux festivaliers au Fespaco 2019, le Directeur général de la Loterie nationale Burkinabè (Lonab), Simon Tarnagda, était au stand d’exposition de la nationale des jeux de hasard le 27 février dernier. Décontracté, c’est un DG qui est venu aussi tenter sa chance et a obtenu 200 FCFA au grattage. Occasion pour nous de découvrir les raisons de cette visite «inhabituelle» et de comprendre qu’à cette édition comme aux précédentes, la Lonab chapeaute le prix spécial de la chance.

Dans le cadre du cinquantenaire du Fespaco, le ministère de la Culture des Arts et du Tourisme a procédé à la distinction de femmes et hommes œuvrant pour le rayonnement du cinéma et de la culture au Burkina et en Afrique. Ce sont au total 108 acteurs du cinéma qui ont ainsi vu leur mérite reconnu le 28 février 2019, au siège du Fespaco.

A quelques heures de la clôture de la 26e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco),  la rue marchande sise à la maison du peuple grouille de monde. Mais les commerçants quant à eux, se plaignent de la mévente.

La Fondation Ecobank est heureuse de récompenser le film africain présentant l'image la plus positive du continent, lors de l’édition 2019 du prestigieux Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision Ouagadougou (FESPACO) qui va se tenir du 23 février au 2 mars à Ouagadougou, Burkina Faso. 

L’édition 2019 du Festival panafricain du cinéma  et de la télévision de Ouagadougou bat son plein actuellement  dans les différentes salles de cinéma et aussi dans les différents sites dédiés aux activités connexes. Au siège de la délégation générale, une mini-rue marchande y est installée et des institutions comme des structures ont érigé des stands pour promouvoir leurs activités. C’est le cas de l’Union économique et monétaire ouest africaine.

Désireux d’assurer la protection et la valorisation du patrimoine historique, artistique et culturel de l’église à Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo a voulu, ces dernières années, engager toute la famille diocésaine dans un vaste processus de redécouverte, d’appropriation et de valorisation de son passé. C’est pour relever ce défi du devoir de la mémoire qu’il a engagé la création d’un musée. Ce jeudi 28 février 2019 à Ouagadougou, le comité de réflexion et de suivi était face à la presse.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou bat son plein en ce moment dans la capitale et autres villes du Burkina. Pays invité d’honneur à cette 26e édition cinquantenaire, le Rwanda dit être «satisfait» de l’organisation dans son ensemble et surtout du Marché international du cinéma et de la télévision africain (Mica) qui lui permet de faire découvrir et redécouvrir son patrimoine culturel et touristique.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé