Aujourd'hui,
URGENT
Mali: Soumaïla Cissé rejette par avance les résultats de la présidentielle (RFI)
Burkina: Aïd El Kébir ou Tabaski sera célébrée le mardi 21 août 2018 sur toute l’étendue du territoire national (Faib)
Kongoussi: la dépouille d’une adolescente de 12 ans, recherchée depuis 5 jours, repêchée dimanche du Lac Bam, la tête amputée (AIB).
Cameroun: 7 soldats formellement identifiés dans la vidéo d’exécutions de deux femmes et leurs enfants arrêtés (RFI)
RCA:  trois groupes d’ex-Seleka annoncent une alliance au nom de la paix
Burkina: 4 gendarmes et un civil tués dans l'explosion d'une mine artisanale dans l'Est du pays (AIB)
Soudan du Sud: le président Salva Kiir amnistie Riek Machar et des groupes armés (RFI)
Diplomatie: la Colombie reconnaît officiellement l’Etat de Palestine
Burkina: les inondations ont causé 4922 sinistrés et 7 décès du 1er mai au 7 aout 2018 (Ministère de la Solidarité nationale)
Côte d'Ivoire: le PDCI se retire des discussions pour un parti unifié RHDP (RFI)

Retenu pour l’ouverture de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), «FrontièreS» de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, était à l’affiche ce dimanche 26 février au ciné Burkina. Après «Sous la clarté de la lune» au Fespaco 2005, «Moi Zaphira» à l’édition de 2013, Apolline Traoré revient à cette édition 2017 de la biennale avec son dernier long métrage, «Frontières», qui pose un regard sur les entraves à la libre circulation.

Le réalisateur ivoirien, Kramo Lanciné Fadika, vainqueur de l'Etalon d'or de Yennenga en 1981 avec son film « Djeli » a désormais sa statue en bronze sur la colonne de bronze dédiée aux lauréats des éditions du Fespaco. L'inauguration de son effigie en bronze est intervenue ce dimanche 26 février 2017 sur l'avenue Thévénoud, à proximité de la place des cinéastes de Ouagadougou. C'était devant le gotha du monde cinématographique africain. Dans cet entretien qu'il a accordé à Fasozine, le réalisateur s'est dit ému de voir sa propre statue en étant vivant.

Les cinéastes africains ont rendu hommage à leurs devanciers décédés. C’était au cours de la cérémonie de libation tenue ce dimanche 26 février 2017 dans la matinée au rond-point des cinéastes. Cette activité traditionnelle d'hommage se tient à chaque édition de la biennale du cinéma africain au lendemain de la cérémonie d'ouverture.

Moteur, ça tourne, action ! La 25e édition du Festival panafricain de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a officiellement été lancé ce 25 février 2017 à Ouagadougou, au cours d’une cérémonie présidée par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

En marge de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou, le groupe Vivendi, par le biais de sa filiale Canal+, a offert une salle de cinéma ultramoderne -«Canal Olympia»- au Burkina Faso. Ce joyau architectural a été inauguré ce vendredi 24 février par le président Roch Marc Christian Kaboré.

Réseau international d’associations installées en Afrique et en Europe qui crée et gère des unités mobiles de projection à destination des régions enclavées et/ou des populations défavorisées, le Cinéma numérique ambulant, très engagé dans la diffusion cinématographique, compte bien mettre les petits plats dans les grands pour faire rayonner le 7e art à l’occasion de cette 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Son frère ainé, Idrissa Ouédraogo, a été le premier réalisateur burkinabè à avoir remporté l’Etalon d’or de Yennenga en 1991. Rigoureux dans sa méthode de direction, Tahirou Tasséré Ouédraogo espère lui aussi décrocher le graal au soir du samedi 4 mars 2017 avec son deuxième long métrage, «Thom».

Apolline Traoré participe pour la troisième fois dans cette catégorie de la compétition

Seule femme réalisatrice en lice aux côtés de deux hommes, Apolline Traoré participe pour la troisième fois dans cette catégorie de la compétition. Après «Sous la clarté de la lune» au Fespaco 2005, «Moi Zaphira» à l’édition de 2013, elle est candidate à cette édition 2017 de la biennale avec son dernier long métrage, «Frontières», qui pose un regard sur les entraves à la libre circulation.

Le Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel de Ouagadougou (Cenasa), a rouvert ses portes le vendredi 17 février 2017. Cette réouverture intervient après huit mois de travaux de rénovation. C’est un joyau flambant neuf qui a accueilli à l’occasion le gotha du monde culturel burkinabè.

C’est la première fois que ce réalisateur burkinabè est en lice pour la conquête du prestigieux trophée de la biennaleavec «La foret de Niolo».Auteur de plusieurs séries télévisuelles, Adama Rouamba signe là son deuxième long métrage après «Le neveu de l’homme fort» sorti en 2015.«J’ai déjà remporté le grand prix du court-métrage au Fespaco, ce qu’il me reste c’est celui du Long métrage», confie-t-il. Une confidence qui exprime clairement ses ambitions pour cette édition. En effet, son court métrage, «Source d’histoire» avait été sacré grand prix du meilleur court-métrage à l’édition 2003.

La 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision s’ouvre le 25 février prochain dans la capitale burkinabè sous le thème «Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel». Le délégué général de la plus grande manifestation cinématographique du continent, Ardiouma Soma, dégage ici, et pour les lecteurs de fasozine.com, la portée de ce thème.

A 10 jours de l’ouverture de la 25ème édition de la biennale du cinéma africain, le comité national d’organisation a rencontré la presse et les acteurs du cinéma ce jeudi 16 février 2017 à Ouagadougou. L’objectif était de faire le point des préparatifs à mi-parcours pour l’organisation de cet évènement qui focalise le monde du cinéma sur le pays des hommes intègres.