Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

Le village des communautés est un espace convivial de rencontres et d’échanges, ouvert depuis le 25 mars dernier et ce, jusqu’au 31 mars 2018 à l’occasion de la Semaine nationale de la culture. Pour cette édition, ce village accueille la galerie de la gastronomie, un cadre où des mets et boissons traditionnels sont proposés à la vente aux festivaliers. Ouvert à toutes les communautés culturelles résidant au Burkina, c’est aussi le lieu par excellence de certaines populations autochtones, de faire valoir la parenté à plaisanterie, socle de cohésion sociale.

Le peuple Tiéfo ayant été grand conquérant  et ayant protégé farouchement son territoire, vit de nos jours les séquelles de l’adoption de la langue Dioula. Le risque qu’en court la communauté, la perte de sa propre langue, fait d’elle une culture en péril. D’où la contribution du musée Sogossira Sanon de Bobo-Dioulasso à la reconstitution de la culture Tiéfo. Le vernissage des œuvres de cette communauté en péril s’est fait le dimanche 25 mars 2018 par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango à l’occasion de la 19è édition de la Semaine nationale de la culture au sein de l'institution muséale.

Des chaises empilées comme de l’art contemporain…

«S’il y a une chose qui soit impérieuse pour rendre meilleure les conditions d’hébergement des artistes, c’est bien la réalisation de la cité des arts», disait Tahirou Barry, ancien ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme à l’édition 2016 de la Semaine nationale de la culture. Deux ans après, les choses semblent ne pas changer. C’est du moins ce que font remarquer certains artistes rencontrés sur les sites d’hébergement de la SNC 2018.

Et c’est parti pour la 19è édition de la Semaine nationale de la culture (SNC 2018). C’est le Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui a au nom du président du Faso, donné le coup d’envoi de la fête de la culture burkinabè ce samedi 24 mars 2018 à Bobo-Dioulasso en présence d’illustres personnalités.

La 19ème édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) se tient du 24 au 31 mars 2018 à Bobo Dioulasso sous le thème  « Sauvegarde des valeurs culturelles : enjeux et défis. » Cette manifestation culturelle, une des plus grandes de notre pays, voire de la sous-région, constitue le cadre par excellence de valorisation et de promotion des biens et services culturels ainsi que de l’activité économique au Burkina Faso.

La ville hôte du siège de la SNC remet en selle trois plateaux offs, initialement supprimés par le comité d’organisation faute de moyen financier. La maire en a fait l’annonce le mardi 20 mars au cours de la cérémonie de remise de soutien financier aux artistes  bobolais qualifiés pour le Grand Prix National des Arts et de la littérature (GPNAL). 

Du 24 au 31 mars 2018, se tiendra la 19eme édition de la Semaine Nationale de la Culture (SNC) à Bobo-Dioulasso, la cité du Koko Dunda. Le taux d’avancement des préparatifs est de 85% selon le comité d’organisation qui était face à la presse le 19 mars 2018 à la maison de la culture Anselme Titiama Sanou.  

Après «L’heure de gloire» en 2015, l’artiste musicienne Pam Luster sort son second opus intitulé «Tous frères». De 6 titres, l’album a été présenté à la presse ce samedi 17 mars 2018 à Ouagadougou.

Photo: Burkina 24

Débutée le 2 mars dernier, la 5e édition des Journées cinématographiques de la femme africaine de l’image (JCFA) a clos ses portes le mercredi 7 mars 2018 dans la salle de spectacle du Cenasa. Selon le délégué général du Fespaco, Ardiouma Soma, la présente édition a tenu toutes ses promesses. Cependant, le seul point noir a été la double attaque terroriste du 2 mars dernier qui a endeuillé le Burkina Faso. Une minute de silence a été observée à la mémoire des 8 militaires tués.

En marge de la 5e édition des Journées cinématographiques de la Femme africaine (JCFA), s’est ouvert ce lundi 5 mars 2018, le premier rendez-vous de « Galerie ciné-équipements ». Il s’agit d’une exposition-vente d’équipements intervenant dans la réalisation de films, qui se tient jusqu’au 7 mars prochain, dans l’enceinte de l’Institut supérieur de l’image et du son (ISIS). A travers cet événement, le comité d’organisation avec à sa tête Mamounata Nikièma entend faire découvrir aux cinéphiles les outils et la fonctionnalité du matériel cinématographique.  

La 10e édition des Résidences panafricaines d’écriture, de création et de recherche théâtrales (Récréâtrales) a été officiellement lancée ce mercredi 28 février 2018. C’est dans une ambiance aux couleurs de ce festival que les grandes lignes ont été dévoilées aux médias, dans l’enceinte du « Théâtre des Récréâtrales », sis à Bougsemtenga, dans le quartier de Gounghin à Ouagadougou. 

L’artiste musicien Joseph Salemberé, dit Salambo ou encore appelé l’homme du peuple repose désormais au cimetière municipal de Gounghin. Décédé le 27 février dernier, ce « doyen » de la musique burkinabè a été accompagné à sa dernière demeure ce samedi 3 mars 2018.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé