Aujourd'hui,
URGENT
RDC: 50 morts dans le naufrage d’une embarcation dans le Nord-Ouest (RFI)
Putsch manqué: le procès rouvert ce 25 mai a été renvoyé au mardi 12 juin pour débuter avec l'interrogatoire des accusés
Burkina: Boureima Ouédraogo,  Ingénieur statisticien, nommé Directeur général de l’Institut national des statistiques et de la démographie
Burkina: 19 organisations syndicales ont invité ce 25 mai le gouvernement à respecter les textes régissant la liberté syndicale
Fespaco 2019 : le gouvernement burkinabè octroie un milliard de francs CFA pour accompagner les cinéastes burkinabè
Ouagadougou: un policier de l’UIP-PN tué par des individus armés non identifiés
Diplomatie: le Burkina Faso rompt ses relations diplomatiques avec Taiwan (Officiel)
Burkina: 18 organisations syndicales dénoncent «une violation des libertés syndicales».
Sport: la 10e édition de Altitude Nahouri se tiendra le 23 juin 2018 à Po, province du Nahouri
Italie: Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement

Le ministre Tahirou Barry contemple une toile. (Ph. SM)

Présent à Bobo dans le cadre de la grande exposition d’œuvres d’art plastiques, le ministre en charge de la Culture, Tahirou Barry, a encore sortie sa caustique verve, s’emportant vertement contre l’accaparement de la maison de la culture Anselme Titianma Sanon par les politiques, au détriment des activités culturelles. « Pourquoi un palais de la culture est en passe de devenir un palais de la politique ? », s’est-il laissé dire en cette matinée du vendredi.

L’Union Européenne n’est pas restée en marge de la 25é édition du festival panafricain du cinéma de Ouagadougou. Elle a brillée avec trois prix qu’elle a offerts à trois lauréats

Au centre, le DG de la maison de la culture. (Photo: SM)

La maison de la Culture monseigneur Anselme Titianma Sanon de Bobo Dioulasso organise du 9 avril au 8 mai 2017 une grande exposition d’œuvres d’art plastique. Première du genre, cette exposition est l’occasion pour le public de se familiariser à l’art plastique et de se frotter, tout un mois durant, aux créateurs qui seront eux-mêmes sur place pour décoder le langage artistique, à travers l’explication des différentes œuvres.

Le film «Félicité» du Franco-sénégalais Alain Gomis a remporté le samedi 4 mars 2017 pour une 2è fois, l’Étalon d’or du Yennenga du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco 2017). Voici le palmarès officiel de cette 25è édition du Fespaco.

Les rideaux de la biennale du cinéma africain se sont fermés ce samedi 4 mars 2017. Pour une cérémonie de clôture, c’est un palais des sports de Ouaga 2000, refusant du monde qui a accueilli cinéastes, public et autorités avec à sa tête, deux chefs d’Etats (pour la première fois), Roch Marc Kaboré du Burkina et Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire.

Couronné du grand prix du jury (Ours d'argent) à la Berlinale 2017, le film «Félicité» du Franco-sénégalais Alain Gomis a remporté le samedi 4 mars 2017 pour une 2è fois, l’Étalon d’or du Yennenga du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco 2017).

Alain Gomis du Sénégal remporte l'Etalon d'or de Yennenga avec son film "Félicité". Le réalisateur sénégalais, a déjà remporté l'Etalon de Yennenga en 2013 avec Tey. Il a aussi été courroné du grand Prix du Jury (Ours d'argent) à la Berlinale 2017. Voici le résumé de son film fait par Fasozine lors de ce Fespaco. 


La 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) referme ses portes ce samedi 4 mars 2017. En attendant, les différents lauréats des prix spéciaux savourent leur joie de décrocher un prix à cette biennale du cinéma africain.

La lauréate reçoit ici son prix

La 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) referme ses portes ce samedi 4 mars 2017. En attendant, les différents lauréats des prix spéciaux savourent leur joie de décrocher un prix de plus pour certains et le premier prix à ce festival panafricain pour d’autres. C’est le cas de la jeune cinéaste rwandaise, Marie Clémentine Dusabejambo qui décroche pour la première fois, le prix Thomas Sankara avec son court métrage «A place for myself» ou encore «Une place pour moi».


C’est dans le souci d’inciter à une nouvelle dynamique, dans le domaine culturel, que la structure Africalia a lancé le 28 février 2017, un tout nouveau projet. Ledit projet compte s’établir sur une durée de cinq ans (2017-2021). L’information a été rendue publique à l’occasion de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Les portes de la 18ème édition du Marché international du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Mica) se sont refermées ce vendredi 3 mars 2017 du côté de la Salle polyvalente de Ouaga 2000 qui abritait ce rendez-vous des professionnels. En terme de bilan, tout s’est bien déroulé, dixit la directrice Suzanne Kourouma, sauf quelques difficultés de forces majeures. Elle a dressé un bref bilan de cette édition.

Le court-métrage « Ça tourne à Ouaga» de la réalisatrice et chorégraphe burkinabè Irène Tassembédo a été projeté ce jeudi 2 mars 2017 en première au Ciné Burkina dans le cadre de la 25e édition du Fespaco. Cette fiction de 26 minutes relate l’histoire  d’un tournage de cinéma, qui se passe dans la chambre d’une villa de Ouagadougou. Dans ce film, la réalisatrice met à nu les coulisses et certaines réalités vécues dans des plateaux de tournage cinématographique.

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé