Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie
Burkina: l'ancien Premier ministre, Paul Kaba Thiéba prend officiellement les rênes de la Caisse des dépôts et consignations
Soudan: le régime militaire annonce avoir déjoué une «tentative de coup d’État»
Paludisme: «La tendance de la mortalité est en baisse» au Burkina Faso (AIB)
Coopération: le Burkina Faso et le Niger signent un accord pour le développement de leur zone frontalière (AIB)
Madagascar: adoption d’une loi sur le recouvrement des avoirs illicites
G5 Sahel: l’Union européenne renouvelle son soutien à l’institution
Médias: le CSC dispose désormais d'un nouveau matériel de contrôle pour le monitoring

D’un coût global de 75.000.000 F CFA, les nouveaux locaux de  L’Institut national de formation artistique et culturelle (Inafac) ont été rouverts ce mardi 14 février 2017 par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry. 

Initiative de l’Association arts, clowns, marionnettes et musique dans nos rues « Assez de murs », le festival « Rendez-vous chez nous » est à sa 8e édition. Véritable espace de démocratisation des arts de la rue sous toutes leurs formes, cet évènement d’envergure unique pour les populations rurales et urbaines se tient du 4 février au 28 février 2017. Même si pour l’heure, Boniface Kagambega, président de l’association, tire un bilan satisfaisant des huit années de présence, il ne manque pas de tirer sur la sonnette d’alarme, en vue d’un appui de l’Etat. C’est ce qui ressort de l’interview qu’il nous accordé à l’occasion de « Rendez-vous chez nous » 2017.

Les rideaux ont été officiellement levées le mercredi 8 février 2017, sur le site de la place de la femme, au quartier Goughin de Ouagadougou, à l’occasion du festival de rue « Rendez-vous chez nous ». Cette 8e édition dont la réflexion sera menée au tour du thème : « Arts dans l’espace public, baromètre de la démocratie : sécurité et vivre et ensemble », se tiendra jusqu’au 26 février 2017.

La 5e édition du Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) a pris fin le samedi 4 février 2017 après une semaine (28 janvier-4 février) pleine de spectacles. La cérémonie de clôture qui s’est déroulée dans la soirée à l’Institut Français de Ouagadougou a connu la prestation de la Compagnie américaine RudduR Dance avec "Doubt of the devout", Sebia Gomis avec "Point Fixe", Irène Tassembédo avec un spectacle surprise et une troupe traditionnelle Warba. Dans cet entretien avec Fasozine, la promotrice du festival, Irène Tassembédo, juge le bilan artistique de cette 5e édition très positif mais négatif sur le côté financier.

Le 30 janvier 2016, Malika la Slameuse mettait sur le marché du disque burkinabè son premier album 100% slam. Composé de 13 titres, l’album « Slamazone » aura permis à l’artiste selon son staff managérial, de faire de grandes scènes au Burkina et dans la sous-région. Pour marquer l’an I de l’œuvre, l’artiste a sorti le 1er janvier dernier, un nouveau single baptisé « Mon @ » ou encore « Mon arobase ».

Sculpter sur le métal, Issiaka Kienou, en a fait sa spécialité. Cet artiste hors-pair se distingue par ses représentations grandeurs nature d’animaux. Ce vendredi 3 février 2017, s’ouvrait officiellement à l’Institut français de Ouagadougou, une exposition de son vernissage. Allant jusqu’au 25 mars prochain, Issiaka Kienou veut à travers ses œuvres plonger les visiteurs au cœur du vécu quotidien des animaux dans leur propre milieu.

Après un silence, l’artiste Pamika fait de nouveau entendre sa profonde et mélancolique voix à travers un Maxi de quatre titres. « Tilaï », c’est le titre de cet opus que l’ancienne lauréate de « Case Sanga II » a présenté à la presse dans la soirée du 3 février 2017 à Ouagadougou.

Le clap d’ouverture de la 5e édition du Festival international de danse de Ouagadougou a été donné ce samedi 28 janvier 2017 à l’Institut Français de Ouagadougou. Placée cette année sous le signe de la paix, le festival fera vivre aux populations de Ouagadougou jusqu’au samedi 4 février prochain, toutes les formes de danse, du contemporain au traditionnel. La cérémonie d’ouverture a connu la présence de plusieurs personnalités de marques dont le maire de la Commune de Ouagadougou, Armand Béoindé, parrain de la présente édition.

Depuis 2015, le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) organise un concours de photographie des sites touristiques du Burkina Faso. Cette compétition qui est à sa deuxième édition cette année vise selon le ministère, à « valoriser l’offre touristique nationale ».

A l’occasion de la journée internationale de la femme, « Afrik Pag-Ba », un festival initié par Thegawendé Kiendrébéogo célèbrera et honorera la femme africaine pour son rôle et sa participation dans la promotion de la coopération et l’intégration économique africaine. La première édition d’Afrik Pag-Ba aura lieu du 2 au 9 mars 2017 à Ouagadougou.

La ville de Ouagadougou va vibrer au rythme de la danse contemporaine et traditionnelle à travers la 5ème édition du Festival international de danse de Ouagadougou (Fido) et ce, du 28 janvier au 4 février 2017. L’annonce a été faite aux hommes de média ce mardi 17 janvier 2017 à Ouagadougou.

L’artiste musicien Floby, de son vrai nom Florent Belemgnegré, a été intronisé Noom Naaba (Chef de l'ambiance et du loisir) de son village par le chef dudit village ce dimanche 15 janvier 2017.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé