Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le Syndicat des travailleurs de l'action sociale (Syntas) annonce une grève de 96h à compter du 19 décembre.
Côte d’Ivoire : 4 blessés dans le crash d’un hélicoptère ce jeudi 14 décembre aux alentours de l’aéroport Félix Houphouet Boigny (aouaga.com).
Justice: «Le gouvernement espère un traitement diligent» du dossier Norbert Zongo (Rémis Dandjinou, porte parole).
Burkina: l’hebdomadaire Conseil des ministres est prévu pour ce jeudi 14 décembre 2017.
G5 Sahel: Roch Marc Christian Kaboré se rend à Paris le 13 décembre 2017 pour prendre part à une réunion internationale.
politique: démission de Larba Yarga, 2ème secrétaire adjoint aux affaires juridiques chargé du contentieux électoral du BPN du MPP.
Cinéma: «Thom» de Tahirou Ouédraogo meilleur film au festival Toukountchi
Etats-Unis:  explosion à New York, 4 blessés aucune perte en vie humaine, «une tentative d'attentat terroriste» selon le maire
11-Décembre: 5 000 défilants dont 1 700 militaires, paramilitaires et 3 300 civils ont pris part à la parade du 11-décembre 2017 à Gaoua 
11-Décembre: "Nous avons la responsabilité de bâtir ensemble une Nation prospère et respectée"(Roch Kaboré)

Lors d’une conférence de presse donnée ce 2 novembre 2017 à Ouagadougou par le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le cas de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef de l’Etat, et de Yacouba Isaac Zida, le Premier ministre de la transition en exil au Canada est revenu sur la table.

Le 31 octobre dernier, le Burkina Faso a commémoré l’an III de l’insurrection populaire d’octobre 2014.  Le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) estime que les procédures contre des dignitaires civils et militaires du régime déchu «ne semblent pas avoir beaucoup avancées». Donc, le MBDHP appelle une fois de plus à la mobilisation générale et au resserrement des rangs dans la lutte contre l’impunité le samedi 4 novembre prochain à la place de la Nation. L’information a été donnée ce jeudi 2 novembre au cours d’une conférence de presse tenu à son siège à Ouagadougou.

L’ancien président burkinabè Michel Kafando séjourne discrètement dans la capitale burundaise pour une nouvelle mission de bons offices.

L’armée nationale burkinabè a commémoré ce mercredi 1er novembre 2017 le 57e anniversaire de sa création. Placée cette année sous le thème : « l’armée et la nation, solidaires face aux défis sécuritaires du moment », la célébration a connu son apothéose ce mercredi à la place de la Nation de Ouagadougou par le cérémonial officiel de prise d’arme et de décoration sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, chef suprême des armées.

«Les partis politiques membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ont tenu une réunion extraordinaire le lundi 30 octobre 2017 au siège du CFOP, à Ouagadougou. Présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, la réunion avait les points suivants inscrits à son ordre du jour :

Déjà trois ans que des fils et filles du "pays des Hommes intègres" sont tombés pour la défense de leur patrie. En ce jour mémorable, une cérémonie officielle d’hommage a été organisée ce 31 octobre 2017, à Ouagadougou par le gouvernement. C’était en présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, des membres du gouvernement et d’illustres personnalités.

Le nom du remplaçant de Tahirou Barry à la tête du département chargé de la Culture est connu: il s’agit de Issouf Sawadogo nommé au poste de ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, ce lundi.

Dans le cadre de la commémoration de l’an trois de l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre 2014, l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) organise une conférence publique le mardi 31 octobre 2017 à 15 h au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC).

La Cour d'appel de Paris a décidé le maintien en liberté de François Compaoré, poursuivi pour son implication présumée dans l'affaire Norbert Zongo, un journaliste assassiné en 1998 alors qu’enquêtait sur la mort du chauffeur du frère cadet de Blaise Compaoré. Selon le Procureur général près la Cour d'appel de Ouagadougou, Laurent Poda, «le Burkina habilitera une personne auprès des juridictions françaises pour défendre cette demande d’extradition», les jours à venir.

Ceci est un communiqué de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Dans ce communiqué, le parti du lion invite les dirigeants actuels du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) à gérer le Burkina en référence aux aspirations du peuple insurgé. 

Ce communiqué de la direction générale de la police nationale se prononce, dans le communiqué qui suit, sur le mouvement d’humeur qui a secoué la police la semaine dernière.

La Cour d'appel de Paris a décidé le maintien en liberté de François Compaoré, poursuivi pour son implication présumée dans l'affaire Norbert Zongo, un journaliste assassiné en 1998 alors qu’enquêtait sur la mort du chauffeur du frère cadet de Blaise Compaoré.