Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

La capitale burkinabè va abriter du 27 février au 1er mars 2018 la première édition du Festival panafricain de la Série de Ouagadougou. Ce festival, une première en Afrique, se veut une plateforme de rencontre professionnelle sur la problématique des séries télévisuelles en Afrique. Dans cette interview accordée à Fasozine, l’acteur burkinabè Issaka Sawadogo, l’un des promoteurs de cet événement dédié à la série africaine, donne les grands axes et les enjeux de ce festival qui ambitionne suivre les pas du Fespaco, la biennale du cinéma africain.

Nommé chef le 26 février 1990 par le Mogho Naaba Baongo, empereur des mossis, le Larlé Naaba Tigré a animé une conférence de presse, ce mercredi 21 février 2018 à sa résidence, pour annoncer la tenue de la fête coutumière marquant son 28ème anniversaire de règne dénommé «Nabasga». Cette fête qui aura lieu les 24 et 25 février prochain à sa résidence, sera le lieu pour le Larlé Naaba de faire des rites pour demander à Dieu et aux ancêtres d’assurer la paix et la stabilité au Burkina Faso.

L’ultime séparation entre Idrissa Ouédraogo et les siens s’est faite telle une séquence d’un film. « Silence sur le plateau. Moteur ! Ça tourne », a lancé l’assistant réalisateur, bien avant la mise en terre. A la suite de cette étape, le clap de fin a retenti. Cette scène s’est déroulée dans l’après-midi de ce mardi 20 février 2018 au cimetière de Gounghin. En prélude de l’inhumation, le regretté a été fait à titre posthume Grand officier de l’Ordre national. La désolation dès l’annonce du décès a laissé place ce jour à la reconnaissance du mérite du cinéaste « hors pair » qu’il a été.

Photo: Burkina 24

Les acteurs culturels et du monde cinématographique en particulier ont rendu un hommage mérité à Idrissa Ouédraogo. Celui-ci présenté comme un « panthéon » de la culture burkinabè a tiré sa révérence ce dimanche 18 février 2018 de suite de maladie. Pour la circonstance, d’anciens ministres de la culture, les membres de sa famille, ses collaborateurs, ses amis, collègues et admirateurs ont pris d’assaut la salle de spectacle du Cenasa, dans la soirée de ce lundi 19 février, pour saluer la mémoire de l’illustre disparu.

C’est la cité du cavalier rouge qui a abrité la conférence de presse de lancement de la 2ème édition du Festival gastronomique ouest africain (Fegoa) qui a pour thème «Gastronomie et intégration africaine». Le jeudi 15 février 2018 à Koudougou, le comité national d’organisation de l’évènement a réuni les hommes de média pour décliner les grands axes de cette édition.

Le réalisateur et cinéaste Idrissa Ouédraogo est décédé ce dimanche 18 février 2018 à l’âge de 64 ans. Il s’est éteint des suites de maladie dans une clinique à Ouagadougou.

La première saison de Série Series Ouagadougou, le festival panafricain des séries, se tiendra du 27 février au 1er mars 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso. L’événement, qui a pour objectif de participer à la structuration du secteur audiovisuel africain et de promouvoir la création du continent, dévoile les premières lignes de sa programmation.

Nommé par décret présidentiel le 31 janvier dernier, Abdoul Karim Sango, a été installé ce lundi 5 février 2018 à la tête du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme. Il remplace ainsi, Issouf Sawadogo qui aura passé un trimestre à la tête de ce département ministériel.

Après plusieurs années aux côtés de son oncle Bil Aka Kora, l’artiste musicienne Ka Cora sort son premier album. Intitulé «Anou Wooro»  « l’ombre de ma mère » en Français, cet album se veut le début de la carrière artistique de Reine Ka Cora Alobou à l’état civil. La dédicace de l’album a eu lieu dans la soirée du jeudi 25 janvier 2018 à Ouagadougou.

Photo: Afriyelba

La 6e édition du Festival international de Danse de Ouagadougou a ouvert ses portes ce samedi 27 janvier 2018 à l’Institut français de Ouagadougou et ce jusqu’au 3 février 2018. Cette édition connaitra la participation d’une vingtaine de compagnies venant du Burkina, de l’Afrique et du reste du monde. « Danse et résistance » est le thème de la présente édition.

Décédée le samedi 27 janvier 2018, la musicienne burkinabè Biba Ouassin a été inhumée ce dimanche 28 janvier dans la soirée au cimetière de Gounghin. Parents, amis, proches et personnalités du monde culturel burkinabè avec à leur tête le ministre en charge de la culture,  ont accompagné l’artiste à sa dernière demeure. 

Outiller les musiciens traditionnels, afin de leur permettre de s’adapter et suivre le rythme du monde, en proposant des contenus musicaux traditionnels actualisés. Telle est l’ambition affichée par la structure « La cour du Naaba », pilotée par l’artiste musicien Alif Naaba, à travers la tenue d’une formation artistique, autour du thème « Musique traditionnelle et nouvelles technologies ».