Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le directeur provincial de la police nationale du Ziro suspendu et placé sous mandat de dépôt pour affaires de mœurs (Police)
Burkina: 15 380 kg de cannabis saisis entre novembre 2017 et février 2018 (Douanes).
Culture: Ouagadougou va abriter du 27 février au 1er mars 2018 la première édition du Festival panafricain de la Série"Séries Séries" 
Israël: 750 migrants africains menacés d'expulsion en grève de la faim (RFI)
Football: Le RCK éliminé de la ligue africaine des champions après sa défaite 2 à 0 à Libreville
Football: L’EFO éliminé de la Coupe de la Confédération après sa défaite 1 à 0 contre l’Olympic Star FC du Burundi
Burkina: le journaliste Mahamadi Tiegna nommé directeur général des Editions Sidwaya (Conseil des ministres)
Burkina: Le journaliste Pascal Yemboini Thiombiano nommé  directeur général de la radiodiffusion télévision du Burkina
Mali: deux soldats français tués et un blessé dans l'explosion d'une mine artisanale (RFI)
Nécro: Idrissa Ouédraogo décoré Grand officier de l'Ordre national à titre posthume avant d'être inhumé ce mardi 20 février

2620 lampes énergétivores utilisées pour l’éclairage public dans la capitale burkinabè, seront remplacées dans un bref délai par des lampes économiques LED, avec à la clé, une économie énergétique annuelle de 1,77 Giga watts et de 216 millions de FCFA.

Ouagadougou a abrité les 14, 15 et 16 décembre 2016 l’Académie nationale sur l’Economie verte, un forum de discussion et d’échanges autour du concept « économie verte ». Il s’est agi plus spécifiquement de  susciter des débats entre les principaux acteurs du changement climatique au Burkina Faso. L’Académie nationale a également été l’occasion d’identifier les opportunités de synergies avec les initiatives et programmes existants dans les pays actifs, dans le domaine du développent durable, en particulier l’Initiative Pauvreté-Environnement, le programme SWITCH Africa-Green et l’Initiative UN CC:Learn.

« Place des énergies renouvelables dans le Plan de développement économique et social (PNDES) », c’est sous ce thème que s’est tenu ce jeudi 1er décembre 2016 au centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou, un panel. Cette rencontre voulue par l’association des Journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (JED), avait pour objectif de porter un regard sur la place qu’accorde le PNDES à la question relative aux énergies renouvelables. Dans une interview qu’il nous a accordée, Grégoire Bazié, président de JED, revient sur ce panel organisé dans le cadre des troisièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE).

 

Dans cette tribune, le député Moussa Zerbo de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) tire la sonnette d’alarme quant à la situation de la ville économique du Burkina. Il invite le gouvernement à implanter  la future usine textile à Bobo Dioulasso.

Résumé: Le présent article examine les conséquences du contact entre le jula véhiculaire et les langues maternelles des populations autochtones de la province de la Léraba (située à l’extrême Ouest du Burkina Faso). Une analyse des toponymes, des patronymes, des prénoms et des pratiques langagières dans ladite province nous permet de mesurer l’ampleur du degré d’influence culturel des Jula sur les populations locales qui y vivent. La langue jula est en effet omniprésente dans les pratiques langagières de la population. De même, les noms de familles et de lieux, ainsi que les prénoms y sont en majorité d’origine jula.

Dans ce communiqué de presse, le centre de développement de l’'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) présente les grandes lignes de son étude sur les inégalités de genre SIGI Burkina Faso réalisé en partenariat avec le gouvernement burkinabè et la coopération autrichienne. Dans ladite étude, les chercheurs indiquent que le Burkina Faso gagnerait à prendre en considération  les normes sociales discriminatoires dans sa politique globale de lutte contre les inégalités hommes-femmes.

Le Caucus des cadres pour le changement (3C)  donne sa lecture suite à l’actualité politique de ces dernières semaines marquée par la visite du Président français Emmanuel MACRON, la sortie du Premier Ministre sur le bilan des deux années passées à la tête du gouvernement, et celle du Président de l’Assemblée nationale réagissant aux résultats de l’enquête parlementaire sur l’éducation au Burkina Faso.

Pour le statisticien et expert en sondage d'opinions Honko Roger Judicaël  Bemahoun, c’est le mauvais échantillonnage qui  explique la piètre prestation des étudiants après le discours  du président français  Emmanuel Macron à l’université Ouaga 1 professeur Joseph Ki-Zerbo.  Il s’en explique.

Cette tribune appelle les autorités françaises à lever le secret défense sur les documents relatifs à l’assassinat de Thomas Sankara et l’arrestation de François Compaoré, frère cadet de l'ancien président Blaise Compaoré, soupçonné d'être impliqué dans le meurtre du journaliste Norbert Zongo.

L’ONG International Crisis group (ICG) a rendu public un rapport dénommé «Nord du Burkina Faso: ce que cache le jihad». Ce document de 33 pages, rendu public le 12 octobre 2017 décrypte la situation du nord du Burkina et propose des recettes pour vaincre le terrorisme.

Depuis l’an 2000, le continent africain a affiché d'impressionnants taux de croissance économique. Toutefois, cette performance remarquable a été en grande partie due à l’essor prolongé des matières premières et de l'aide au développement. Bien que le continent montre une grande diversité au niveau de la trajectoire socio-économique de ses pays, les taux de croissances ont généralement masqué une faible transformation structurelle pourtant nécessaire à la réalisation d’un développement durable et inclusif.

Dans une récente interview accordée au quotidien Le Pays, le professeur Jean-Baptiste Kiethega, évoquant la question du parc animalier de Ziniaré, a révélé qu’il s’inscrivait dans le cadre d’un grand projet de musée, avec une partie zoologique, dont la mise en œuvre n’a pas été conforme au projet de départ. Même si l’on n’est pas en mesure de confirmer ou infirmer ces allégations, une chose est sure : le parc de Ziniaré a contribué durant ses années faste à l’éducation des enfants du Burkina Faso, ainsi qu’à la formation d’une culture touristique de la jeunesse Burkinabè.