Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

Le Burkina Faso a commémoré ce lundi 31 octobre 2016, la journée nationale d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire et du coup d’Etat manqué de septembre 2015. Le cérémonial officiel d’hommage a eu lieu dans la matinée de ce lundi devant les ruines de l’Ex-Assemblée nationale sous la présence remarquable du chef de l’Etat, Roch Kaboré, de l’ancien président de la Transition, Michel Kafando, du chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, et de tout le gotha politique et institutionnel du pays. Mais bien avant cela, les populations et les autorités ont participé  une marche populaire de la Place de la Nation à la défunte Assemblée nationale.

Dans cette déclaration, le Syndicat national des artistes musiciens du Burkina Faso dénonce une gestion catastrophique au sein du Bureau burkinabé des droits d’auteurs (BBDA).

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a diffusé, lundi 31 octobre, une vidéo de l’otage roumain, Iulian Ghergut, enlevé au Burkina Faso. Le contenu de la vidéo  a été déchiffré par Alakhar, un site mauritanien.

Les forces armées nationale du Burkina Faso ont commémoré ce mardi 1er novembre 2016 l’anniversaire de leur création. Prise d’armes, adresse du chef de l’Etat aux forces armées, décoration de soldats qui ont contribué de par leur qualité et leur patriotisme à la défense de la nation burkinabè, ont été les points culminants de cette commémoration à la place de la Nation de Ouagadougou.

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a fait à la presse, dans la nuit du samedi 15 octobre 2016, le point de sa participation à Lomé (Togo), à la conférence des chefs d’Etat sur « la sécurité et la sûreté maritimes et le développement de l’Afrique ».

Les militaires tués au cours de l’attaque de leur base d’Intagom, au nord du Burkina Faso à la frontière malienne, ont été inhumés ce mardi 18 octobre 2016 à Ouagadougou. 

Depuis quelques semaines, le climat social est marqué par une multitude de mouvements de travailleurs réclamant de meilleures conditions de vie et de travail.

Le bureau pays de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Burkina Faso, a remis le mardi 18 octobre 2016, un lot de matériel pour l’équipement en système d’analyse des données et des informations migratoires (MIDAS) des postes frontaliers de Dakola, Madouba et Yendéré.

Le mouvement de la société civile, le Balai citoyen, a animé une conférence de presse ce lundi 17 octobre 2016 pour dénoncer « l’incapacité » de l’actuel gouvernement burkinabè, à maitriser la situation sécuritaire. Suite aux récentes attaques terroristes qu’a subit le pays, le Balai citoyen invite le chef de l’Etat à prendre ses responsabilités.

Dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 octobre 2016, des rumeurs sur l’instauration d’un couvre-feu dans la ville de Kaya ont circulé. Ces rumeurs ont provoqué une panique générale au sein de la population avec pour conséquence la fermeture de presque tous les lieux de commerce et de loisir.

Le dernier vol retour des pèlerins burkinabè est intervenu le mercredi 12 octobre 2016, selon ce communiqué du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure. Cinq pèlerins sont décédés au cours de ce hadj.

Lundi, le procès pour crimes contre l’humanité de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, qui devait se tenir devant les assises d’Abidjan, a été reporté au 10 octobre prochain à la demande de l’accusée et de ses avocats.

«M. le président, jeudi soir nous nous sommes quittés pour reprendre l’audience ce matin. Lorsque j’ai envoyé chercher l’accusée, elle a souhaité que la Cour tienne compte de la requête de report formulée par sa défense compte tenu des vacances judiciaires. Pour lui permettre de se reposer car elle est épuisée. Certainement en accord avec ses avocats, elle ne s’est pas présentée. Qu’il plaise à la Cour de fixer une date, après les vacances judiciaires, pour la prochaine audience», a requis le Procureur général Ali Yéo.

Suivant les réquisitions du procureur, le président de la Cour, Boiqui Kouadjo, a prononcé le report du procès «au 10 octobre après les vacances judiciaires». Le 19 juillet dernier, le procès de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire avait repris après deux semaines de suspension en raison d’un malaise.

L’épouse de l’ex président ivoirien est jugée depuis le 31 mai pour crimes contre l’humanité, crimes contre les prisonniers de guerre et crimes contre les populations civiles, commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Simone Gbagbo (67 ans) avait déjà été condamnée à 20 ans de prison l’an dernier pour atteintes à la sureté de l’Etat.

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé