Aujourd'hui,
URGENT
SITHO 2017 : le Niger, pays invité d’honneur du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou. 
SITHO 2017 : une centaine d'exposants, 25 tours opérateurs et de 50 000 visiteurs sont attendus au Salon du tourisme de Ouagadougou. 
Justice: le dossier du procès intenté par Aly Ouédraogo contre Safiatou Lopez renvoyé au rôle général pour reprogrammation.
ONU : le Burkina condamne les essais nucléaires conduits par la Corée du Nord (Roch Kaboré).
ONU : les essais nucléaires nord coréens, "une menace à la paix et à la sécurité de la péninsule coréenne et du monde" (Roch Kaboré).
Kenya: après l'invalidation des élections des juges "attaqués et menacés" selon David Maraga président de la cour suprême.
Parlement: Alassane Sakandé chez le Mogho Naaba pour «recueillir ses conseils et demander des bénédictions pour le succès de sa mission».
Burkina: «Tourisme interne: enjeux et défis», c’est le thème du 12e SITHO qui se tient du 28 septembre au 1er octobre.
Côte d’Ivoire: 15 ans après la rébellion, Soro dit ne ressentir aucune honte à demander pardon.
ONU: une cinquantaine de pays signent un traité interdisant symboliquement l’arme nucléaire.

Ouagadougou a abrité les 14, 15 et 16 décembre 2016 l’Académie nationale sur l’Economie verte, un forum de discussion et d’échanges autour du concept « économie verte ». Il s’est agi plus spécifiquement de  susciter des débats entre les principaux acteurs du changement climatique au Burkina Faso. L’Académie nationale a également été l’occasion d’identifier les opportunités de synergies avec les initiatives et programmes existants dans les pays actifs, dans le domaine du développent durable, en particulier l’Initiative Pauvreté-Environnement, le programme SWITCH Africa-Green et l’Initiative UN CC:Learn.

« Place des énergies renouvelables dans le Plan de développement économique et social (PNDES) », c’est sous ce thème que s’est tenu ce jeudi 1er décembre 2016 au centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou, un panel. Cette rencontre voulue par l’association des Journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (JED), avait pour objectif de porter un regard sur la place qu’accorde le PNDES à la question relative aux énergies renouvelables. Dans une interview qu’il nous a accordée, Grégoire Bazié, président de JED, revient sur ce panel organisé dans le cadre des troisièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE).

 

Depuis l’an 2000, le continent africain a affiché d'impressionnants taux de croissance économique. Toutefois, cette performance remarquable a été en grande partie due à l’essor prolongé des matières premières et de l'aide au développement. Bien que le continent montre une grande diversité au niveau de la trajectoire socio-économique de ses pays, les taux de croissances ont généralement masqué une faible transformation structurelle pourtant nécessaire à la réalisation d’un développement durable et inclusif.

Dans une récente interview accordée au quotidien Le Pays, le professeur Jean-Baptiste Kiethega, évoquant la question du parc animalier de Ziniaré, a révélé qu’il s’inscrivait dans le cadre d’un grand projet de musée, avec une partie zoologique, dont la mise en œuvre n’a pas été conforme au projet de départ. Même si l’on n’est pas en mesure de confirmer ou infirmer ces allégations, une chose est sure : le parc de Ziniaré a contribué durant ses années faste à l’éducation des enfants du Burkina Faso, ainsi qu’à la formation d’une culture touristique de la jeunesse Burkinabè.

Le nouveau président de l’Assemblée nationale doit être élu parmi les députés qui siègent présentement et, au plus tard le jeudi 31 août 2017, selon Harouna Dicko, qui s’en explique dans les lignes qui suivent.

Le Docteur Kanayo F. Nwanze est le lauréat du Prix de l'Alimentation en Afrique 2016 et ancien président, précédant l’actuel, du Fonds international pour le développement agricole (FIDA). Il est également membre du Conseil d’administration de l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA). Dans cette tribune, il défend sa vision selon laquelle la croissance économique de l'Afrique ne repose pas sur les fondations des industries extractives, mais sur la revalorisation et l'utilisation complète du potentiel des petits exploitants agricoles.

Le monde entier sur initiative de l’Organisation des Nations Unies célèbre chaque année le 12 Aout la Journée Internationale de la Jeunesse.  L’Afrique et particulièrement notre pays le Burkina Faso dont la population est majoritairement constituée de jeunes est invité à marquer un arrêt pour faire une autocritique sans complaisance sur les politiques publiques en faveur des jeunes, sur la place et le rôle des jeunes dans le développement économique et social.

Docteur en sciences politiques et président du Centre parlementaire panafricain, Mélégué Traoré pose avec pertinence, dans cette réflexion publiée en 2010 dans les colonnes du magazine Fasozine, la problématique et les contours de l’intégration en Afrique de l’Ouest. Sept ans après, et même si l’on peut noter quelques nouvelles avancées depuis cette publication, le constat de l’ancien président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso reste d’actualité…

Poil à gratter de la vie politique au Burkina, Harouna Dicko s’était fait une réputation en attaquant la configuration des démembrements Ceni devant le Conseil constitutionnel qui lui avait donné raison, provoquant du même coup le report des municipales de 2006. Dans cette tribune, le candidat recalé à la présidentielle de 2010 se questionne sur l'avant projet de nouvelle Constitution remis au chef de l'Etat pour amendement.

«Le mouvement syndical de notre pays a toujours piétiné des peaux de bananes politiques, surtout dans des moments difficiles et complexes. Mais il a su tenir dans le temps en cultivant de façon inlassable d’une part l’unité entre travailleurs-élèves-étudiants-paysans-secteur informel et, d’autre part, l’intégration véritable de notre peuple avec les autres peuples.

J’avais promis à mes lecteurs de revenir sur les Partenariats-Public-Privé (PPP) lorsque la passion serait retombée pour parler juste de ce qui est important. Je tiens ici ma promesse !