Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

Le Conseil supérieur de la Communication via ce communiqué a invité l’ensemble des médias à  plus de vigilance dans le traitement des informations pouvant compromettre l’action des forces de sécurité sur le théâtre des opérations. L’instance de régulation de la communication au Burkina exhorte par ailleurs les utilisateurs des réseaux sociaux à la modération dans leurs déclarations liées aux attaques terroristes.

©Droit réservé

Une forte détonation est intervenue dans une villa située dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou, quartier Silmiyiri, lundi 14 janvier 2019 dans la matinée. Selon le ministère en charge de la Sécurité, l’explosion a fait un mort et des blessés dans le voisinage. La villa où a eu lieu l'explosion faisait office de magasin de dépôts d'explosifs. D’après ce communiqué du Parquet du tribunal de grande instance de Ouagadougou. 

L’Union Police Nationale (Unapol) a animé une conférence de presse ce lundi 14 janvier 2019 à Ouagadougou. Suite à la mort des deux policiers  à Nafona, (commune de Soubakaniédougou/Province de la Comoé), l’Unapol  a une fois de plus insister sur l’urgence pour les autorités de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’améliorer la protection physique et juridique du policier.

©Droit réservé

Une forte détonation est intervenue dans une villa située dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou, quartier Silmiyiri, ce lundi 14 janvier 2019 dans la matinée. Selon le ministère en charge de la sécurité, l’explosion a fait 1 mort et des blessés dans le voisinage. La villa où a eu lieu l'explosion faisait office de magasin de dépôts d'explosifs.

Ils étaient des milliers de Burkinabè à battre le pavé dans les rues de Ouagadougou ce samedi 12 janvier 2019. A travers une marche suivie de meeting, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) et d’autres acteurs de la société civile interpellent le gouvernement Burkinabè à rétablir l’Etat de droit et justice pour les victimes de Yirgou.

Deux policiers et une dame ont trouvé la mort, ce samedi matin, au cours d’une interpellation à Nafona, dans la commune Soubakagnedougou, dans la Comoe. 

Dans cette déclaration, l’ONG Amnesty international invite les autorités burkinabè à ouvrir « urgemment » une enquête indépendante sur les événements tragiques survenus à Yirgou le jour de l’an, qui ont occasionné une quarantaine de morts.

Pour la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) la récente baisse du prix de l’essence à la pompe opérée par le gouvernement s’apparente à une «une vaine tentative de diversion, destinée à émousser l’élan populaire soutenant et accompagnant la plateforme revendicative de la CCVC». 

49 morts et plus de 1 200 déplacés, tel est le dernier bilan des événements tragiques de Yirgou dressé par le gouvernement ce mercredi 9 janvier 2019. Selon le porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, la situation de Yirgou a dominé en grande partie le Conseil des ministres tenu ce mercredi.

Le Commissariat de police de Comin-Yanga dans la province du Koulpélogo (Région du Centre-Est) a été la cible d’une attaque d’individus armés non encore identifiés, dans la nuit de mardi 8 à ce mercredi 9 janvier, selon  une information de l’AIB citant des sources locales.

Ceci est le communiqué final sanctionnant l’assemblée générale des magistrats tenue le 5 janvier dernier à Ouagadougou. Les magistrats tout en échangeant sur plusieurs points liés à l’exercice de leur profession, n’ont pas manqué d’inviter le gouvernement « à trouver une solution avec la garde de sécurité pénitentiaire quant à la crise qui les oppose depuis le mois d'octobre avec ses conséquences dramatiques ».

Selon le ministère en charge de la sécurité, Six à huit individus suspects armés ont été surpris, le 7 janvier 2019 aux environs de 17 h, dans une forêt du village de Trimbio dans la commune de Loropéni (province du Poni, région du Sud-ouest) par les habitants dudit village.