Aujourd'hui,

le président Kaboré écarte l’idée d’acheter un nouvel avion présidentiel  

A SUIVRE CETTE SEMAINE

Le pronostic vital du 2è classe A.Compaoré n’est plus engagé

Suite aux récentes attaques terroristes à Nassoumbou, dans le Nord du Burkina Faso, deux éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) ont été blessés et évacués à Ouagadougou. Ce vendredi 24 mars 2017, le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean Claude Bouda, s’est rendu à leur chevet.

Mardi 21 mars 2017, le groupe municipal de Ouagadougou de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) au cours d’une sortie médiatique, avait critiqué la mauvaise gestion de la commune de Ouaga par l’exécutif communal dirigé par Pierre Armand Béouindé. La réponse du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ne s’est pas fait attendre. Au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 23 mars 2017, le groupe municipal du parti au pouvoir a indiqué que les informations données par les conseillers municipaux de l’UPC étaient « fausses » et sont de nature « à semer le doute au sein de l’opinion publique ».

Le président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone, est en visite officielle à Ouagadougou depuis le mercredi 22 mars 2017. Reçu ce jeudi 23 mars dans le cadre des échanges parlementaires par son homologue burkinabè, Salifou Diallo, Claude Bartolone est revenu sur certains sujets de l’actualité nationale et française.

L’ancien ministre des Affaires étrangère, le général Djibrill Bassolé, poursuivi par la justice militaire pour son implication présumée dans la tentative de putsch contre les autorités de la Transition en septembre 2015, a été l’objet d’une tentative d’assassinat, selon son parti, la Nouvelle alliance du Faso. Le parti affirme en outre que le juge militaire a décidé de procéder à son transfert de la clinique où il séjourne pour des soins à la prison militaire.

Djibril Bassolé serait malade depuis quelques temps et sa situation sanitaire nécessiterait son évacuation, selon ses avocats citant son médecin traitant à Ouagadougou. Il souffrirait de problèmes cardiaques et le plateau technique sur place ne permettrait pas la prise en charge adéquate de sa pathologie.

Le maire central de la commune de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé dont la gestion a été critiquée ce mardi 21 mars 2017 par le groupe municipal UPC, a réagi sur le sujet. Joint au téléphone par Fasozine cet après midi, il a réfuté les accusations des conseillers municipaux de l’UPC à son encontre.

Le groupe municipal de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de la commune de Ouagadougou était face à la presse ce mardi 21 mars 2017. Objectif : faire le point des actions réalisées par ses conseillers municipaux  et surtout critiquer l’actuel gestion de la commune de Ouagadougou par le maire Armand Pierre Béouindé et ses collaborateurs du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Une vue de l’assistance au cours de la table ronde (Ph. SM)

Sous l’égide du tout nouveau maire, Christophe Sanou,  et dans l’optique d’une mise en œuvre adéquate de son plan de développement, l’arrondissement 5 de la ville de Bobo-Dioulasso a engagé une étude diagnostique portant sur les potentialités et les difficultés de l'arrondissement. Cette étude a donné lieu à l’élaboration d’un document de plaidoyer et de mobilisation des ressources financières qui a été présenté au cours d‘une table ronde aux partenaires techniques et financiers de la commune le mardi 21 mars 2017, en présence des premières autorités locales dont le haut-commissaire de la province du Houet Kouka Jérémie Ouédraogo et le maire central Bourahima Sanou.

A l’extrême droite, Mariam Sirima Fofana, la correspondante de l’UPC dans le Houet (Ph. SM)

Dans la province du Houet, tous les bureaux des différentes instances locales de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ont été dissouts à cause des mauvais résultats engrangés aux élections municipales et législatives.  Finalement, et dans l’optique d’une dynamisation du parti, c’est une correspondante provinciale qui représente Zéphirin Diabré dans la province. Elle se nomme Mariam Sirima Fofana. Celle-ci a été officiellement installée à son nouveau poste dans la matinée du dimanche 19 mars 2017 à Bobo-Dioulasso.

Des mots pour le dire...

Sondage

Jugez-vous important de mettre en place au Burkina un gouvernement paritaire Hommes-Femmes pour une meilleure représentativité des femmes dans les centres de décision?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé